« Un tiers des places en maisons de repos sont gérées par quatre multinationales »

Le 6 décembre, le PTB Bruxelles a mené une action symbolique pour demander un minimum de 50 % de places publiques dans les maisons de repos. (Photo Solidaire)
Le 6 décembre, le PTB Bruxelles a mené une action symbolique pour demander un minimum de 50 % de places publiques dans les maisons de repos. (Photo Solidaire)

Ajouter un commentaire

You must have Javascript enabled to use this form.

Commentaires

Le « papy boom » : un business porteur La majorité des institutions d’hébergement privées appartient à des groupes financiers, et la présence de ceux-ci est en augmentation [2]. Les plus présents de ces groupes s’appellent Orpéa, Senior Living Group (Korian), Senior Assist, Armonéa, Noble Age. Ils sont souvent étrangers, cotés en bourse et détenus par des fonds de pension, des fonds d’investissement, de grandes sociétés d’assurances ou des holdings de grandes familles industrielles. Orpéa par exemple, « leader européen dans la prise en charge de la dépendance », est un groupe multinational français coté en bourse et en pleine expansion. Il a distribué en 2014 plus de 40 millions d’euros de dividendes à ses actionnaires, parmi lesquels un fonds de pension canadien et les holdings des familles Peugeot et Boël [3]. Le PDG du groupe français Korian, autre mastodonte du secteur des maisons de repos, explique aux investisseurs [4] : « On a la chance d’être sur le sujet du vieillissement de la population, et donc on a un énorme potentiel devant nous (…) Aujourd’hui pour Korian, notre stratégie est clairement une stratégie de croissance, et aussi de performance puisqu’il faut qu’on soit au rendez-vous en termes de rentabilité ». « À l’horizon 2017, il y a 200 millions [d’euros] à aller chercher sous forme d’acquisitions (…) pour atteindre les 3 milliards [de chiffre d’affaires] qu’on avait annoncés (…) On a la chance d’être sur une activité génératrice de cash, ce qui nous permet (…) de racheter un certain nombre d’opérateurs » En mars 2015, les travailleurs du groupe français Orpéa, qui gère une cinquantaine de maisons de repos en Belgique, ont entamé une action syndicale pour dénoncer notamment le manque de matériel de base, l’absence de revalorisation financière, des cadences devenues impossibles à suivre et le refus de la direction d’engager du personnel supplémentaire. Des conditions de travail qui, d’après eux, ne leur permettent parfois plus de respecter la dignité des résidents [11]. Comme l’explique une résidente, la qualité des soins en pâtit : les travailleuses "sont stressées, elles doivent courir tout le temps, elles sont sous pression constamment (...) Par exemple, pour des prestations de nettoyage dont on sait qu’elles prennent une heure et demie, elles doivent les exécuter en une heure, sous peine de déborder de leur horaire. Forcément, la qualité ne peut pas être au rendez-vous, malgré la meilleure volonté du monde" [12]. « Bien vieillir » ne devrait pas être un luxe Les personnes âgées constituent une frange de la population qui a peu l’occasion de s’exprimer sur la scène politique ; leurs problèmes sont souvent méconnus ou ignorés. La pénurie de places, la mauvaise qualité de l’accueil dans les maisons de repos et les prix trop élevés mettent de nombreux seniors et de nombreuses familles en situation de détresse. Cette détresse n’est pas que financière, elle est aussi psychologique. La consommation d’antidépresseurs et d’antipsychotiques dans les maisons de repos atteint des niveaux alarmants. Or plusieurs études ont montré qu’un personnel suffisant et bien formé permet de réduire fortement la consommation de médicaments [13]. Mais peut-on attendre de groupes privés multinationaux, dont la priorité est la rentabilité financière, qu’ils organisent les lieux de vie de nos aînés en cherchant d’abord à les rendre plus heureux ? Ne faudrait-il pas, collectivement, reprendre la question en main en mettant la priorité sur la qualité de vie à laquelle ils ont droit, quels que soient leurs moyens financiers ? [2] Infor-Homes Bruxelles, « Situation de l’offre d’hébergement pour personnes âgées en Maisons de Repos Bruxelloises » 2014, sur inforhomes-asbl.be. [3] Sources : Bureau Van Dijk et communiqués ORPEA. [4] Yann Coléou, vidéo de présentation à l’intention des investisseurs, korian.com, consulté le 6 septembre 2015 ; interview sur BFM TV, le 26 mars 2015. [11] Le guide social, « Le secteur gériatrique en proie à des actions de protestation », sur guidesocial.be ; RTBF, 4 et 16 mars 2015. [12] RTBF, 16 mars 2015. [13] Anne-Marie Impe, « Un résident sur deux sous antidépresseurs », Imagine, janvier-février 2015. Article complet : http://inegalites.be/La-privatisation-des-maisons-de
A qui la faute? Les mesurent d'économies prisent début des années 1990 qui ont découragé toutes les bonnes volontés et laissés peu à peu le secteur aux mains des multinationales. Nos ministres ont joué aux appendis sorciers et ont ainsi démoli tout le secteur. Je m'arrête ici sinon c'est un livre que j'écrirai avec 20 ans d'expériences en maison de repos, si vous voulez d'autres renseignements, vous pouvez me contacter. (J'en pleure encore)
Meme situation au Canada. J'ai vécu 3ans dans une résidence pour ainés...

L’Italie a presque un nouveau gouvernement. Cette alliance entre populistes du Mouvement 5 Étoiles et extrême-droite de la Ligue inquiète l’Union européenne. Le nouvel exécutif pourrait ne plus respecter les traités européens. Mais c’est surtout l’émergence de ce gouvernement même qui devrait inquiéter. Parce qu’il illustre toutes les limites de l’intégration européenne.

Redouane Ahrouch, conseiller communal à Molenbeek, a été licencié par la STIB. Fondateur du parti Islam, il avait défendu la séparation des entrées des hommes et des femmes dans les transports en commun. Lors de son passage à RTL, il avait refusé de regarder une chroniqueuse dans les yeux. Il en a ensuite fait de même face à la secrétaire d’État N-VA, Zuhal Demir sur le plateau de l'émission « De Afspraak ». Le comportement d’Ahrouch a choqué. Mais comment combattre ses idées ? Et à qui profite réellement la polémique ?
Ce dimanche 20 mai, avec 68 % des votes exprimés en sa faveur, Nicolás Maduro a remporté l'élection présidentielle vénézuélienne. L'opposition locale, les États-Unis et leurs partisans ne reconnaissent pas le résultat. Une décision prise avant que l'élection n'ait lieu...
Pour la première fois depuis dix ans, tous les syndicats de la Fonction publique, qui compte 5,4 millions de salariés en France, étaient dans la rue ce mardi. Rejoints par de nombreux secteurs, ils luttent contre la volonté du président Macron de supprimer 120 000 emplois, casser leur statut, ouvrir la porte aux contrats précaires... Reportage au milieu du cortège parisien.
Depuis deux mois, les travailleurs français sont en lutte contre les plans du président Emmanuel Macron et les politiques libérales de l'Union européenne. Dans ce combat, les cheminots sont la locomotive. Décryptage avec un des conducteurs de cette locomotive, le Secrétaire général de la CGT Cheminots.

Malgré de lourds sacrifices financiers de la part des salariés et un bénéfice record de leur entreprise, la direction de l’usine Perrin Industrie décide néanmoins la fermeture totale du site. En guerre, le nouveau film de Stéphane Brizé (La Loi du marché), avec Vincent Lindon, est saisissant de réalisme. Un récit puissant, un film qui questionne.

Après avoir gagné l'Eurovision et accueilli le départ du Giro, Israël célèbre ce 14 mai les 70 ans de sa fondation et accueille la nouvelle ambassade des USA à Jérusalem. De leur côté,  les Palestiniens prévoient ce 15 mai une marche avec jusqu'à un million de manifestants à Gaza, en clôture du cycle de protestations de la « Grande Marche du Retour » et pour commémorer les 70 ans de la Nakba, la « catastrophe » de la création d'Israël en 1948, qui a forcé 750 000 Palestiniens à quitter leurs villages. Entretien avec Hamdan Al Damiri, coordinateur de la communauté palestinienne en Belgique.

Theo Francken utilise une nouvelle fois la situation au parc Maximilien pour déshumaniser les personnes dont le seul crime est de fuir la guerre, la persécutions et la misère. Le nombre de migrants n’a pourtant pas augmenté ces derniers mois. S'ils doivent dormir dehors, c’est uniquement parce que le centre d’accueil où ils dormaient cet hiver a fermé ses portes.
Campus universitaires bloqués, assemblées générales et manifestations : le mouvement social qui traverse l'hexagone touche également les étudiants français. Rencontre avec Charlotte Dumont, responsable à Comac (mouvement étudiant du PTB), qui s’est rendue une semaine en France au cœur du mouvement étudiant.

Ce 15 mai sera commémoré le 70e anniversaire de la Nakba (« catastrophe »). Le terme désigne les conséquences pour les Palestiniens de la défaite des armées arabes face aux troupes sionistes en 1948. La plus importante de ces conséquences est l’expulsion de près de 750 000 personnes des territoires conquis par Israël.