Une « carte d’identité » pour les non-nés ?

Ce 24 avril, en Espagne, de très nombreux mouvements de femmes ont manifesté contre la violence machiste. Le droit à l’avortement était aussi au centre des revendications. (Photo Adolfo Lujan / Flickr)
Ce 24 avril, en Espagne, de très nombreux mouvements de femmes ont manifesté contre la violence machiste. Le droit à l’avortement était aussi au centre des revendications. (Photo Adolfo Lujan / Flickr)
Thema's
Femmes

Ajouter un commentaire

By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.

Commentaires

A ma connaissance, la loi actuelle porte sur une réalité scientifique qui est de devoir déclarer à l'Etat civil un enfant mort né à partir de l'âge de 6 mois in utero. Cette disposition a été prise à partir de la considération qu'un enfant qui naît à 6 mois de grossesse est viable et considéré comme grand prématuré. C'est à partir de ce constat qu'on peut estimer que si l'enfant est mort à la naissance, à ce stade de son développement, on doit le déclarer. C'est de cette disposition et de son esprit, à mon avis, qu'il est souhaitable d'engager un débat. Cette proposition de loi est perfide car elle ré-introduit et de ce fait, contourne, le contrôle sur l'avortement. Il ne peut pas en être autrement. Toute femme enceinte devrait se déclarer et consulter immédiatement. Ou bien, comme ce fut le cas auparavant, cacher sa grossesse sous peine d'être pénalisée si elle souhaite avoir recours à l'avortement. Je ne vois pas comment une telle disposition pourrait contourner le recours au pénal pour crime, on refera le chemin parcouru en 25 ans, comme vous le souligner, mais à l'envers. Car, il y aura enquête au bout du compte, c'est certain ! Non, merci.

Ce dimanche 10 décembre, la SNCB a lancé son nouveau plan de transport. Un plan « avec plus de trains et plus de correspondances », qui « élargira l’offre ferroviaire de 5,1% » si on en croit la SNCB. Qu’en est-il en réalité ?

Un accès super rapide à Facebook, Netflix, Buzzfeed… et la file d’attente pour tout le reste du contenu d’Internet ? Selon toute vraisemblance, la FCC, organisme américain de régulation des télécommunications, votera le 14 décembre la fin de la neutralité du Net. Mais une forte opposition se fait entendre de plus en plus...

Le 13 décembre, la coalition « Justice migratoire », qui regroupe associations citoyennes, syndicats, ONG, appelle à une grande manifestation à Bruxelles. « L’objectif est de rassembler plusieurs milliers de personnes, afin que l’Europe change de cap », selon David Mendez, l’un des organisateurs.

Vous connaissez probablement les conseillers emploi du Forem. Vous connaissez moins les éclusiers, gardes forestiers, responsables des pistes des aéroports, ou le personnel d’entretien des routes, mais ils sont là pour vous. Mais le gouvernement wallon, lui, n’est pas là pour eux. Ce jeudi 30 novembre, les services publics de Wallonie seront en grève pour demander le respect de ses engagements.

Il y a quelques jours, une équipe de CNN a sorti une vidéo terrifiante. Des migrants étaient vendus comme esclave pour une somme allant de 300 à 500 dollars dans une ville à proximité de Tripoli, la capitale Libyenne. Les images ont choqué de nombreuses personnes qui voient réapparaître le fantôme de l’esclavage qui a si longtemps détruit les populations africaines.

Victime d’un viol, Norine raconte son parcourt pour nous permettre de comprendre les barrières à surmonter pour les victimes. Un témoignage qui montre aussi que la justice dans notre pays n’est pas au service des victimes.

Deux chauffeurs Uber viennent de gagner en appel contre la plateforme.

La principale confédération syndicale portugaise appelait à une manifestation nationale, samedi dernier, pour une augmentation du pouvoir d’achat. Elle réclame une meilleure redistribution des richesses, fruit de la timide reprise économique.

Membre du bureau du Parlement catalan, le communiste Joan Josep Nuet est lui aussi poursuivi pour « sédition ». Son dossier, bâclé, illustre l’offensive antidémocratique de Rajoy.

La tonnelle installée sur le trottoir d’en face peut être démontée. Le piquet de grève est levé. Après 50 jours de conflit, la lutte des travailleurs du Mistral, une institution d’aide aux personnes handicapées située en région liégeoise, a payé. Le délégué syndical licencié a été réintégré et la directrice a été priée de faire ses cartons. Retour sur cette lutte avec Sandra Delhaye, permanente syndicale du SETCa.