Une « gifle à la figure de l’establishment »

Photo Solidaire, Salim Hellalet.
Photo Solidaire, Salim Hellalet.

Ajouter un commentaire

By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.

Commentaires

Merci beaucoup au PTB, c ' est le seul parti de gauche authentique que nous avons. ...! Surtout continuez ....! Merci pour nous les " petites gens ". ❤
Cette écoute du peuple que d'aucuns taxent de "populisme" commence à sortir ses effets. A mon sens, la réaction indignée (vraiment?) de presque tous les partis devant l'affaire Publifin , et les corrections que la Wallonie semble vouloir apporter à ces magouilles n'auraient pas eu lieu si de petits cabinettards - comme vous dites - ne commençaient à craindre pour leur portefeuille... Comme quoi le "populisme" peut avoir des effets vertueux. Bravo donc! Et déjà merci!
J'ai lu attentivement cet article qui est très intéressant sur les pratiques des partis et surtout sur les dessous pour placer à la tête de sociétés créés par l'état et ou communes,leurs pions grassement payés et en plus de très nombreux cumulards. Je ne vois pas la raison pour laquelle notre petit pays doit avoir 6 gouvernements dont 3 en Wallonie. Cela n'est pas étonnant que notre pays a une dette énorme et qu'un quart de nos citoyens sont sous le seuil de pauvreté.!!!!
Merveilleux ! Bravo ! Exceptionnel de simplicité et de clarté, comme toujours. Nous avons de la chance d'avoir (aussi) un Président de parti qui ne laisse rien au hasard. Je me redis, mais tant pis. Tous mes vœux !
Encore heureux qu'on ait le PTB pour secouer le cocotier paradisiaque des nantis européens. Bravo à Mrs Mertens et Hedebouw !
Bonne et belle interview à lire et à relire. Plusieurs phrases sont à relever comme celle de Brecht. Il y a, pour un militant de base comme moi, pas mal d'arguments dans les différents thèmes abordés ici, très intéressants. La simplicité avec laquelle il faut pouvoir développer tous ces thèmes est primordiale. Auprès des membres et des sympathisants c'est un travail qui doit être fait pour pouvoir avoir un message clair et constructif.
Je suis positivement surpris que le Parti fasse référence à Ada Colau proche de Podemos, et nomme les riches et nantis comme il se doit " CASTE" LE PTB est l'alternative à ce monde d'injustice Social.
je suis assez d'accord avec vous sur beaucoup des points mais une chose que je trouve que l'on ne parle assez ce sont ces pauvres pensionnes qui souffre très fort dans la société du moment les pensions qui diminue toujours plus les loyer qui explose ce sera bientot les nouveaux sdf du future merçi
Merci de vous battre au quotidien pour soutenir les gens du peuple .
Heureux d'être devenu membre à l'occasion de mon dernier anniversaire...vraiment ! Merci pour votre lucidité, votre intelligence, votre humilité et in fine, votre pugnacité et votre humanité ! ... Vous me donnez l'en vie chaque jour de m'impliquer davantage ! Vivement l'avenir...
Merci à Peter Mertens pour ces réponses claires aux questions. Ces comlmentaires renforcent ma détermination à soutenir le PTB dont je suis un membre très sympathisant! Continuez!
j'adhère à tout ce qui est dit plus haut. Cependant, je pense que le PTB, et les gens qui le soutiennent n'arrivera pas tout seul à renverser le système en place. N'est-il pas envisageable qu'il puisse adhérer à une coalition avec le parti ECOLO, lui aussi promoteur de changement? Il y a plus de points de convergence entre le PTB et ce parti qu'avec n'importe quel autre. Et on ne peut pas reprocher aux écologistes de s'attribuer des postes rémunérateurs dans le privé après leurs prestations politiques. Ils ont été les premiers à alerter sur la nécessité de protéger l'environnement, de décumuls des mandats, et de non carriérisme. Ils sont aussi les premiers à avoir incité les gens à collaborer dans le circuit court, les aides et échanges de services entre citoyens, et ont revendiqué une participation citoyenne dans l'élaboration des décisions de gouvernance. Ils ont milité pour un commerce équitable et durable. Ils sont soutenu et créé des associations et des innovations dans une économie verte, solidaire., et de proximité. Face aux néolibéraux que sont tous les autres partis, il faut s'unir pour être plus forts. Bonne soirée, Diane
Je lis dans cet interview que « les plus importantes sources de richesse sont, d’une part, le travail et, de l’autre, la nature. ». Mais Karl Marx identifiait clairement le travail et la nature comme les SEULES sources de richesse (voir notamment le premier chapitre du Capital ou le premier chapitre de la Critique du programme de Gotha). Je me demande donc ce qu'il y aurait comme autre(s) source(s) de richesse selon le PTB (ou Peter Mertens) si le travail et la nature n'en sont que les plus importantes.
Tous mes voeux de poursuite à la montée en membres et en voix du PTB. Puisqu'à mon sens c'est la seule représentation positive de la lutte contre la casse sociale.
Nickel, tant le ton, le fond et la forme, restez bien un parti unique, Belges, Flamands, Wallons, Germanophones et Bruxellois ensemble, le président Flamand, Raoul Wallon... l'unité ! et nous derrières vous, tout le pays !
Bonjour a tous, Mais de quoi le peuple devrait avoir peur de voter pour un parti qui représente réellement les attentes concrètes des travailleurs opprimés, force est de constater que tout les gouvernements avec leurs dénominations colorifiques rendent de plus en plus pâle les rêves et perspectives de la véritable classe laborieuse et ils y en a du peuple dans cette tranche ( je pense aussi à ceux qui se considèrent autrement parce qu'ils peuvent encore à ce jour se payer chèrement les artifices aliénant pure jus produit du " libéralisme market " mais gare aux revers de l'existence. Aussi " il y avait un temps et malheureusement de nos jours encore, beaucoup de citoyens criaient haro et fustigaient les chômeurs ces " fainéants" savamment orchestré par l'élite "diviser pour régner" et maintenant de ceux qui criaient sans savoir, que dire de ceux qui le sont devenus.... Si les petits deviennent des orgueilleux, ils créeront eux même leurs perte et cela les élites néo libéral le savent. Alors contre la grisaille ambiante, et une année 2017 de bonne carence....prenaient des vitamines et des stimulants en un mot une carte du PTB, c' est salutaire car cela favorise l'élimination des agents pathogènes de tout ces gouvernements polymorphes et délétère. Bien à Vous
relu le texte de Peter ce jour en écho au scandale Publifin (Liège). Très rafraichissant. Je me permets de proposer quelques idées pour éviter que ces scandales ne se perpétuent : Mandat public? : publicité des réunions, débats, publication des ordres du jours et décisions et rémunérations. point. La société civile doit avoir la capacité de vérifier le fonctionnement des instances publiques. Si certains dossiers peuvent réclamer le huis clos : envoi d'un "observateur neutre", genre ombudsman non lié au pouvoir politique, faisant rapport (parlement / gouvernement) sur la nécessité du huis clos et sur le contenu des débats. si c'est un mandat public (qui peu être justifié par une tutelle, ou un intérêt des pouvoirs publics): alors, ils sont déjà rémunérés pour leur fonction publique, pourquoi leur attribué une seconde, 3ème, 4ème rémunération. parfait exemple : conseil de police liée d'office avec le mandat communal du bourgmestre : obligatoire et lié ? aucune rémunération complémentaire ! Mauvaise foi des politiques : leurs "propositions" ne passent pas au parlement ? Le parti oblige chaque mandataire à les déclarer au parti, y compris les rémunérations et le parti le publie lui-même. en 3 mois le ménage est fait. Mais le veulent il? poser la question est y répondre. Dernier point : un mandat n'est pas lié à la "prestation d'heures", mais si on veut le faire sérieusement, occupe quand même du temps. Donc si on lie au mandat une référence "temps", une règlementation (éventuellement interne au parti qui la publie) peut définir qu'un mandataire ne peut pas dépasser X ou Z heures par semaine (ou par an puisque c'est la nouvelle mode de la dérégulation). Et ce système s'applique aussi aux fonctions exécutives (bourgmestre, ministre, ...) A méditer ?

« Le Bruxelles des révolutionnaires » est un ouvrage collectif dirigé par l’historienne Anne Morelli. Dans ce livre richement illustré, le lecteur part sur les traces de la révolution de 1830 pour arriver à « Bruxelles, terrain d’action des luttes urbaines », en passant par la Grand-place « ouvrière » où les lieux de la capitale fréquentés par Marx, Lénine, Victor Hugo… Nous reproduisons ici l’introduction de l’ouvrage par celle qui l’a dirigé.

Dans le dernier livre de Peter Mertens, Graailand, le nom d’Ewald Engelen apparaît à plusieurs reprises. Le géographe financier néerlandais ne se montre pas tendre envers les élites financières et politiques. Il plaide sans détour pour un populisme de gauche, capable de battre la déferlante du populisme de droite.

« Mettre définitivement l’homme à l’abri du besoin, en finir avec la souffrance et les angoisses du lendemain » était la devise d’Ambroise Croizat, « père » de la sécurité sociale française. A l’occasion des 70 ans de celle-ci, un film retraçant cette lutte pour une vie digne est sorti. Rencontre avec Gilles Perret, réalisateur de La Sociale.

Avec un investissement supplémentaire de 5 000 livres (5 700 euros), un incendie d'une telle ampleur dans la tour Grenfell à Londres aurait probablement pu être évité. En effet, lors de la rénovation de l'immeuble, l'an dernier, ce sont les panneaux d'isolation les moins chers qui ont été placés. D'autres panneaux, ceux-là résistants au feu, auraient coûté 5 700 euros de plus.
Chez nous, lorsque le PTB député fédéral Marco Van Hees a demandé au ministre de l'Intérieur Jan Jambon (N-VA) si des moyens suffisants étaient octroyés à la prévention incendie afin d'éviter qu'une telle catastrophe puisse se produire, il n'a pas obtenu de réponse.

L’an dernier, plus de 1 000 bénévoles ont permis à ManiFiesta d’exister. Alors que l’édition 2017 se prépare, les organisateurs font de nouveau appel à la solidarité.

Ces dernières semaines, la presse publie des images de manifestations violentes au Venezuela contre le président Maduro et son gouvernement. L’impérialisme semble à nouveau se réveiller, ouvrant une nouvelle ère sur le continent latino-américain. 

Le 19 mai, le gouvernement a approuvé un projet de loi visant à instaurer un « service minimum » dans le rail. Si cette loi est officiellement motivée par de beaux principes (droit à la mobilité et liberté de circulation), elle cache un retour au 19e siècle au niveau des acquis sociaux. Car c’est l’ensemble des libertés syndicales de tous les travailleurs qui est remis en cause. Explications de l’avocat spécialiste du droit social Jan Buelens.

« "Lorsqu’elle a été élue bourgmestre de Barcelone, Ada Colau a immédiatement diminué son salaire de manière drastique", ai-je expliqué lors d’une interview ce dimanche à la radio. Siegfried Bracke en a avalé son café de travers et tweeté son mécontentement. Alors que des villes comme Anvers et Bruxelles ont beaucoup à apprendre de comment Barcelone révolutionne la ville », écrit Peter Mertens, le président du PTB, dans une opinion parue sur LeVif.be.

Dans un rapport résultant de quatre ans de recherche internationale, plus de 400 scientifiques ont tiré des conclusions catégoriques : l’agriculture industrielle est nocive pour le climat, la santé, l’économie, le développement et l’environnement, et l’avenir, c’est l’agro-écologie. Même si, d’ici 2050, il faudra nourrir neuf milliards de gens. 

Jeremy Corbyn, le dirigeant du Labour, est le surprenant gagnant des élections législatives britanniques. Avec son résultat, il prive le Parti conservateur de sa majorité absolue. Les médias, l’establishment et même son propre parti ont pourtant tout fait pour saboter Corbyn. Mais son discours de gauche authentique a fait mouche. Tout comme Mélenchon en France et Sanders aux États-Unis, Corbyn a avant tout rallié les voix des jeunes et des travailleurs. 63% des jeunes ont voté Labour. Ce succès peut désormais donner l’impulsion à un large mouvement social.