La colère des soignants face à un système malade

Photo Solidaire
Photo Solidaire

Ajouter un commentaire

You must have Javascript enabled to use this form.

Commentaires

chose et sur vous allez etre reçu poar charles michel , il vas vous dire oui oui je comprend je vous tend la main ,et de l autre le couteaux dans le dos il qu a regarder avec les syndicats se qu il on fait il sont revenus sans rien et avec un couteaux dans le dos ,moi plus je le vois plus son nez s allonge , un veritable menteur a 100% vous n avez que 2 solution avec eux 1 vous ete d accord et tous se passe bien vous vous faite entuber , ou de 2 vous ete pas d accord mais il s en fous il vous plante le couteaux a pain dans le dos donc résulta vous aurait rien ,donc seul solution foutre ce charles a la porte croyer moi s et la seul et bonne solution , et prochaine élèction votez plus MR s.v.p ni cd&v,et nva
Vous savez ce gouvernement veut la mort pur est simple du petit , pour favorisé leurs fameux élites , multinationales et autres pourritures du même genre ! Le seul moyen de changer quelques choses , c'est de faire tomber le plus vite possible ce gouvernement de la HONTE , ça ne sert à rien de discuter avec eux , ils ne vous entendent pas , !!!
il serait temps qu un parti et je ne vois que le votre pou faire bouger les choses on attends quoi auraient on peur du théatrale gounvernement dommage 30 ans demoins je m inscrivais sur les listes étant itinérante j auris pu pousser une liste mais on avance et qu allez vous faire pour contrer ces clowns si vous vous y mettez il est grand temps et surtout pasles musulmants pour faire gonfler les voix de toute manière s il a un pareilsur une liste la prochaine fois le ministre sera comme ça
gouvernement de merde ils n'ont plus d'argent alors qu'ils suppriment quelques ministres et acolytes ils retrouverons un paquet de sous de toutes façons lors des porochaines elections je ne voterais pas ou alors contre ces guignols !
J'ai 60 ans le 5 juin 2017. Je travaille à l'Institut de Lierneux. Pour partir à la retraite à 60 ans, il me faut 42 ans de cotisation. Comment aurais-je pu m'occuper de malades mentaux dès 18 ans ? Et comme j'ai étudié après 20 ans (dans un autre domaine), sans vergogne je n'ai plus droit à la moindre année de pension anticipée. Or aujourd'hui, je suis sur les genoux. Mais de tout cela, j'en ai déjà parlé avec Monsieur Hedebouw. (que je remercie une fois de plus au passage) Marc.
Je vous comprend monsieur , ce gouvernement Est fou , car il épuise les plus âgés au boulot , et de l'autre côté exclus les jeunes du chômage parce qu'il ne trouve pas de boulot ! Dans le but d'enrichir encore un peu plus les multinationales ,nantis ..... Pour m'a part , il ne faudrait pas attendre la fin de la législature de ce gouvernement pour réagir , car deux ans avec de telle énergumènes , vous feront revenir au moyen-âge !!!
quand es que se gouvernement de merde tombera t il c est un gouvernement pour les riches
si cela continue comme cela rien me changera il ira jusque au bout ce gouvernement de merde car je vois que rien me bouge , s et bien de discuter mais faudrait agir vite car tous nos acquis s en vas il vote des lois a tous bout chants a l insu des syndicat et dans leur dos , me vous étonner pas si un jour il nous ferons payer pour l air que l on respire
La facture des hôpitaux digne d'un hôtel 7 étoiles, ou va l'argent et que fait ont de cet argent, nous avons une sécurité sociale qui privilégie ceux qui ne cotise pas. Ce pays va à sa perte. Un soulèvement du peuple est nécessaire pour arrêter cette politique qui ruine notre pays.
Un soulèvement du peuple est nécessaire pour arrêter cette politique qui ruine notre pays , comme vous dite mais faut t il qu il a lieu oui on parle mais que fait t on rien pour l instant et jusque a présent je vois rien bouger ni s organiser , a part quelque manifestation s et tous il faut plus de force si on veut arriver a quelque chose , il a quelque temps j ai fait remarquer que charlos me communique rien on le vois pas il prend des décision en comiter restreins et comme il la dit JE FERAIT LES REFORME COUTE QUE COUTE donc il le fera , il s en fous des gréve et autre , un exemple les pauvres gardien prison un mois de greve et alors rien , no militaire ben meme chose ferme ta gueule et travail casse toi la santé etc, etc j en ai rien a foutre voila se qu il dit , donc il et plus que temps d agir et trés vite si on veut encore avoir quel que chose
Au prochaine élection et malheureusement il faudra probablement attendre jusque là pour espérer un changement, c'est de n'inclure dans notre vote aucun membre de parti qui se sont "radicalisés" par la finance ! Cela dit, lorsque l'on regarde chez nos voisins français, celui qui a été plébiscité lors des primaires de la droite, est un illuminé du libéralisme à tout va : travailler plus longtemps, flexibilité du travail, rabotage des salaires, des pensions, de la sécu. Toute la panoplie du diktat européen. Tout pour les "gros" et rien pour ceux qui font leurs enrichissements, les travailleurs. Eux aussi vont rigoler "jaunes" et se faire bouffer (socialement et financièrement) par la droite !
Pour avoir travaillé dans le non-marchand, je reçois une pension qui me permet à peine de vivre, je ne compte plus les heures supplémentaires non payées ni reprises en congé. Que dire, que faire? Je comprends les travailleurs actuels qui s'indignent contre un gouvernement incapable de prendre ses responsabilités, pauvre Belgique. Tant qu'elle existe encore, ne faudrait-il pas une véritable révolution ? En attendant, à 70 ans, je dois encore travailler pour boucler les fins de mois! Une chance d'avoir fait attention à ma santé...

À la veille du 8 mars, la féministe belge Monika Triest publiait un livre sur l’histoire du féminisme en Belgique. Elle y évoque d’importantes figures du féminisme belge, montre comment les femmes sont à la base du changement dans la société et comment la résistance les unit. Rencontre.

Les entreprises tirent la sonnette d'alarme. Selon leurs dires, elles auraient des tas de postes vacants pour lesquels elles ne trouvent personne. Pour Sacha Dierckx, docteur en sciences politiques et membre du centre d'études progressiste Minerva, ce sont des balivernes : « Si ces entreprises offraient un bon salaire, elles trouveraient des gens désireux de travailler chez elles. » 

Lorsque, le 11 février 1990, âgé de 72 ans, Nelson Mandela quittait la prison de Robben Island, il était devenu une légende mondiale. L’homme qui a croupi 27 années en prison, dont 18 ans avec ses camarades dans l’isolement complet, était devenu le symbole de la lutte contre l’apartheid, tant en Afrique du Sud que dans le monde entier. Retour sur la vie d’un homme d’exception.

Jean-Pascal van Ypersele est une sommité mondiale en tant que climatologue. Dans son livre Une vie au cœur des turbulences climatiques, il formule des réponses claires aux questions cruciales dans ce domaine et explique ce qui se passe dans et en marge des grandes conférences internationales. Il sera le 8 septembre à ManiFiesta.

Donald Trump a obtenu ce qu’il voulait au Sommet de l’OTAN : les alliés européens de l’Otan vont augmenter leurs dépenses militaires plus vite et plus que prévu. Les dirigeants européens peuvent bien faire semblant d’être insensibles aux pressions du président des États-Unis, les faits sont là : ils ont bel et bien réaffirmé leur loyauté envers l’Otan et les États-Unis. Pour le PTB, il faut clairement refuser cette voie et œuvrer à une politique de paix.

Vendre la ville au plus offrant, quitte à couler des espaces verts dans du béton. C’est une réalité que l’on retrouve dans la plupart des villes du pays. L’exemple par Liège.

John Beugnies, 50 ans, est employé dans une PME. L’élu communal montois du PTB, père de deux enfants et «  jeune papy depuis trois mois », côtoie la pauvreté quotidiennement.

La mobilité urbaine est l’un des principaux défis de l’avenir. Viabilité, santé et sécurité requièrent des mesures efficaces.

Le logement est un thème qui revient partout dans les enquêtes du PTB, qu’elles viennent de Flandres, Bruxelles ou Wallonie. Dans la Ville de Bruxelles aussi, donc.

Le 14 octobre 2018, le PTB souhaite avancer dans 33 communes du Nord et du Sud du pays afin d’y obtenir des élus qui seront autant de porte-voix des luttes qui se mènent dans les quartiers et qui défendront une ville à la mesure des gens.