La politique « flops, flops, flops » du gouvernement

L’oxygène dont ont besoin les travailleurs, nous voulons aller le chercher chez les super-riches, avec une taxe des millionnaires. (Photo Solidaire, Dieter Boone)
L’oxygène dont ont besoin les travailleurs, nous voulons aller le chercher chez les super-riches, avec une taxe des millionnaires. (Photo Solidaire, Dieter Boone)

Ajouter un commentaire

You must have Javascript enabled to use this form.

Commentaires

de toute façon se gouvernement vas ruiner le payer s il continue ( enfin il le ruine déjà) , mais se charles michel n ' écoute pas les gens il fait politique de l autruche et continue a scie la branche ou il et , Il préfere donner des cadeaux au entreprise . Et quand il on reçu le cadeaux ben voila se qui se passe s et pas job job job s et bey bey au revoir la belgique , il et temps que sa change voir rapidement je ne sait pas s il et déjà pas trop tard on et enfonce jusque au coup , attention s et pas fini vous allez voir se qui vas arriver pour trouver les milliards ,il et capable de tous pour y arriver .
A propos de la création d'emplois, le supplément "Références" (Le Soir, 17 septembre 2016) cite les chiffres de la Banque nationale; "Le nombre de personnes au travail en Belgique a augmenté de 1,02 % au cours des deux dernières années, passant de 4.537.600 au premier trimestre 2014 à 4.628.500 au deuxième trimestre 2016 soit la création nette de 90.900 postes de travail." Mais qu'est-ce qu'un "poste de travail'? A combien d'heures correspond-il? De quelle durée est le contrat? Si Caterpillar réussit à détruire 2200 postes de travail industriels et qu'on invente 4400 postes intérimaires, temporaires, à temps réduit, avec un salaire de misère ... aura-t-on augmenté l'emploi de 100% ?
Le problème c'est que l'ultralibéralisme tue à petits feux les petits travailleurs et les acquis sociaux , que d'autres ce sont battus pour les obtenirs ! Le 21 siècles= le nouveau esclavages dès travailleurs pour enrichir les multinationales capitaliste à n'importe quel prix avec le soutien des partis politiques de droite !!!! Quelle drôle d'époque camarades, ON ce croirait revenir dans le moyens âge !
très juste cela , de toute façon on aura beau faire se gouvernement doit trouver 4,2 milliard sur qui vas t on les trouver , encore sur les petits travailleur , la secu sociale , les malades et handicaper , les chomeurs , etc etc j en suis sur et certain , de toute façon en belgique s et ferme ta gueule et paye , mais a force de payer ben il aura plus rien , attention il son capable de supprimer le chomage et encore plus dans la sécu sociale (se qui et déjà le cas pour certain ) se gouvernement et une ruine pour le pays , et chaque année s et pareil depuis des année ' ( les forts vaincrons et les faible subirons s et la devise de se gouvernement )
Juste, mais si ce fameux gouvernement vois qu'il se forme une forte résistance, alors ils devront faire marche arrière où alors ils risquent de provoquer une révolution , car lès personnes exclue de tout à mon avis n'aurais plus rien à perdre ! Heureusement que dès partis comme le PTB est là pour pointer les inégalités de ce couple MR NVA , d'autres partis de gauche devrait suivre le mouvement contestataires est également avec l'implication des syndicats !! À mon avis , il faut garder espoir tout peut arriver !!!!
Nous avons à faire à une bande d'amateurs. Le problème, c'est qu'ils sont dangereux. En effet, les milliards injectés à tord et travers ne servent qu'à protéger les grosses fortunes. Ils ne servent pas l'économie, ils la détruise, appauvrissent le peuple. Au lieu de créer de l'emploi, ils les suppriment. Pas d'argent, pas de consommation, pas d'économie, pas d'emploi. Ces "superman" n'ont rien compris. Magnette me donne de l'urticaire, Michel me gonfle ce qui provoque des flatulences et que dire de Madame Engie-Electrabel ? Marghem, c'est Galant II. Hautaine, dédaigneuse, il y avait madame Nee et maintenant, il y a madame "J'ai toujours raison". Quelle tristesse, et ces guignoles ne sont pas honteux. En Belgique, il y a deux grands voleurs : les banques et l'état.
Vous avez entièrement raison !!! Mais ils font semblant d'être incompétents, car pour faire des cadeaux aux multinationales capitaliste et bien là, ils ne le sont pas !!!
Ne pas lâcher la pression. Il faut maintenir des actions syndicales fortes et ne pas abandonner les gens. Je pense que si la cadence est plus régulière, les gens suivront. Beaucoup sont déçus par le manque de suivi de la première manifestation. Petit à petit, l'excellent travail d'information du PTB rend la parole et surtout la pensée critique à la population, dans la bonne direction. Les mensonges répétés et le cafouillage au niveau du gouvernement, s'ils servent à masquer les buts non avoués qu'il entretient le desservent quant à l'insécurité et le peu de crédibilité qu'il distille. Le volet de la sécurité est le point fort évidemment qui fait basculer les certitudes. Il était prévisible que le terrorisme et l'exode des pays noyés sous les bombes vers l'Europe allaient alimenter les visées xénophobes de sa propagande. C'est le rappel à son "ordre" que bat Franken avec ses messages répugnants et sa politique : On peut rire et profiter du malheur des gens ! Le passage de l'extrême droite laisse toujours infailliblement les pays exsangues tout autant économiquement qu'au niveau des valeurs humaines.

Les entreprises tirent la sonnette d'alarme. Selon leurs dires, elles auraient des tas de postes vacants pour lesquels elles ne trouvent personne. Pour Sacha Dierckx, docteur en sciences politiques et membre du centre d'études progressiste Minerva, ce sont des balivernes : « Si ces entreprises offraient un bon salaire, elles trouveraient des gens désireux de travailler chez elles. » 

Lorsque, le 11 février 1990, âgé de 72 ans, Nelson Mandela quittait la prison de Robben Island, il était devenu une légende mondiale. L’homme qui a croupi 27 années en prison, dont 18 ans avec ses camarades dans l’isolement complet, était devenu le symbole de la lutte contre l’apartheid, tant en Afrique du Sud que dans le monde entier. Retour sur la vie d’un homme d’exception.

Jean-Pascal van Ypersele est une sommité mondiale en tant que climatologue. Dans son livre Une vie au cœur des turbulences climatiques, il formule des réponses claires aux questions cruciales dans ce domaine et explique ce qui se passe dans et en marge des grandes conférences internationales. Il sera le 8 septembre à ManiFiesta.

Donald Trump a obtenu ce qu’il voulait au Sommet de l’OTAN : les alliés européens de l’Otan vont augmenter leurs dépenses militaires plus vite et plus que prévu. Les dirigeants européens peuvent bien faire semblant d’être insensibles aux pressions du président des États-Unis, les faits sont là : ils ont bel et bien réaffirmé leur loyauté envers l’Otan et les États-Unis. Pour le PTB, il faut clairement refuser cette voie et œuvrer à une politique de paix.

Vendre la ville au plus offrant, quitte à couler des espaces verts dans du béton. C’est une réalité que l’on retrouve dans la plupart des villes du pays. L’exemple par Liège.

John Beugnies, 50 ans, est employé dans une PME. L’élu communal montois du PTB, père de deux enfants et «  jeune papy depuis trois mois », côtoie la pauvreté quotidiennement.

La mobilité urbaine est l’un des principaux défis de l’avenir. Viabilité, santé et sécurité requièrent des mesures efficaces.

Le logement est un thème qui revient partout dans les enquêtes du PTB, qu’elles viennent de Flandres, Bruxelles ou Wallonie. Dans la Ville de Bruxelles aussi, donc.

Le 14 octobre 2018, le PTB souhaite avancer dans 33 communes du Nord et du Sud du pays afin d’y obtenir des élus qui seront autant de porte-voix des luttes qui se mènent dans les quartiers et qui défendront une ville à la mesure des gens.

Seun Kuti & Egypt 80 sera en septembre à ManiFiesta pour y faire entendre leur afrobeat au message politique puissant  : «  La lutte des classes est la plus importante. »