SNCB : une grève nationale face à une direction qui refuse de négocier

Photo Solidaire, han Soete
Photo Solidaire, han Soete

Ajouter un commentaire

You must have Javascript enabled to use this form.

Commentaires

Camarades, Travailleurs, syndicats .... comme vous dites là coupes et plus que pleine, elle déborde !!! Malgré la manifestation du 24 le couple MR NVA à affirmer qu'il ne changeront pas de Cap est continueront leurs politiques d'austérité, même avec les grèves où manifestations !!! C'est de la provocation !!!! Ils n'en ont rien à foutre des travailleurs, ni des syndicats !!! La solution faut une grève générale total est mettre cette bande de dictateur à la porte de grès où de force !!! C'est la seule solution camarades !!!!
"Les cheminots travaillent 36 heures par semaine en moyenne, mais prestent en réalité 40 heures. Les heures supplémentaires sont récupérées. Ce sont une partie de ces jours-là que la direction a décidé unilatéralement de supprimer, avec effet rétroactif". En quelque sorte, c'est ce qui sera généralisé pour tous les travailleurs avec la Loi Peeters: ils auront des semaines allongées, et le patron confisquera les jours à récupérer.
N'oubliez pas de réclamer votre compensation via le formulaire en ligne http://b2c-forms.belgianrail.be/nat/apps/compensations/onecompensation.php?lang=F et de demander que celle-ci soit virée au compte de votre choix... Pourquoi pas celui d'une organisation que vous soutenez ? Qu'au moins cette grève serve à quelque chose... Merci !
On a intérêt à aller jusqu'au bout pour faire tomber ce gouvernement. Nous arrivons à une période charnière où nous prenons une part importante dans le débat et la présence politiquement. Ces grèves sont importantes car elles bloquent, au minimum, l'avancement des lois privatives de ce gouvernement et donne la possibilité de conscientiser les gens au devenir d'une Belgique sans services publics et sans syndicats. Courage aux agents de la SNCB, tous unis !
Sans surprise la presse subsidiée est unanime : les grèves sont irresponsables, insupportables, et elles doivent cesser au plus vite.
Bonjour Sympathisant de la cause, je ne comprend pas trop ici. Si je comprends bien, la SNCB ne veut plus payer d'heures de crédit aux agents qui sont en maladie. Je suis rationaliste, et ça me semble raisonnable: ces collègues ne travaillent pas quand ils sont malades... Pourquoi ne disons-nous pas plutôt qu'on veut la fin de ce gouvernement anti social, ce serait plus clair pour le peuple?

La conférence de l’ONU s’est conclue samedi, en Pologne, sur le sentiment mitigé d’avoir sauvé le processus multilatéral mais sabordé les ambitions en termes de lutte contre le réchauffement.

Stéphanie est une gilet jaune de la première heure. Stéphane est un gilet rouge de la FGTB. Ensemble, ils ont participé à la journée nationale d'action pour la hausse de notre pouvoir d'achat et de nos pensions. Une journée encore plus colorée que d'habitude à Liège, comme dans de nombreux endroits du pays. Reportage en kaléidoscope.

Avec Groen et le sp.a, le PTB va à nouveau diriger pendant six ans le district anversois de Borgerhout. Ben Van Duppen devient échevin de la lutte contre la pauvreté, de la diversité, des seniors et du développement communautaire dans un collège qui veut continuer à développer les espaces verts, à renforcer la vie associative et offrir des activités sportives et culturelles accessibles à tous.

Certains ministres de droite ont encore une raison de ne pas bien dormir. Les résultats des premières élections sociales à la SNCB sont connus, et, contrairement à ce que les partis de droite espéraient, les deux grands syndicats sortent renforcés de cet évènement de démocratie sociale.

Macron a fait ce lundi 10 décembre un discours qui était censé rencontrer les attentes des gilets jaunes de France. Mais son discours est essentiellement un piège tendu aux gilets jaunes. Un piège dans lequel de très nombreux gilets jaunes ne sont pas tombés. Ils annoncent la poursuite du mouvement et « l’Acte V » de la mobilisation.

Après que la série documentaire Kinderen van de collaboratie (les enfants de la collaboration) a déchaîné les passions en Flandre, la chaîne Canvas de la VRT diffuse une deuxième série similaire, Kinderen van de kolonie (les enfants de la colonisation), consacrée à une autre période controversée de notre histoire, celle du Congo la sous colonisation belge. Nous avons rencontré l’un de ses réalisateurs, Geert Clerbout.

Eleanor « Lengua » De Guzman mène une lutte pour faire libérer deux prisonniers politiques qui lui sont chers : son père et son mari, tous deux été arrêtés début 2018. Nous l’avons rencontrée.
Solidaire, le magazine du PTB, a un nouveau rédacteur en chef : il s'agit de Michael Verbauwhede, aujourd'hui député au Parlement bruxellois pour le parti de gauche.

Bruxelles. La nuit du 22 août 2018. Après des années de harcèlement par la direction, Silvie, déléguée syndicale à la Mission locale d’Etterbeek, met fin à ses jours. Dix jours plus tard, 300 personnes lui rendent hommage lors d’un rassemblement. Un drame loin d’être isolé…

Le journaliste français, fondateur du site d’investigation Mediapart, a passé le week-end des 8 et 9 septembre à ManiFiesta. L’occasion pour Solidaire de le retrouver pour un tête-à-tête quelques heures après sa participation au débat sur « Le racisme, outil privilégié pour diviser les travailleurs ? ».