Pourquoi l'Occident ferme les yeux sur la déstabilisation orchestrée par le Rwanda

Les chiffres officiels de l'aide militaire des États-Unis et la Grande-Bretagne au Rwanda sont remarquablement bas, mais il y a une collaboration intense entre l'armée américaine, britannique et rwandaise. Sur la photo : des officiers britanniques et américains au cours d'une mission de formation à Kigali pour les sous-officiers de l'armée rwandaise en Mars de 2009. (Photo www.army.mil)
Les chiffres officiels de l'aide militaire des États-Unis et la Grande-Bretagne au Rwanda sont remarquablement bas, mais il y a une collaboration intense entre l'armée américaine, britannique et rwandaise. Sur la photo : des officiers britanniques et américains au cours d'une mission de formation à Kigali pour les sous-officiers de l'armée rwandaise en Mars de 2009. (Photo www.army.mil)

Ajouter un commentaire

By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.

Commentaires

Votre analyse régionale est excellente. Voici ce que je peux y ajouter ... Burundi : Qui sont les acteurs du conflit burundais ? En conclusion, le sang qui coule au Burundi, et dans les Grands Lacs africains, est du à la tentative de certaines familles occidentales richissimes ( grâce à la colonisation – crime contre l’Humanité ), provenant des USA/UK ( + le monde anglo-saxon), de la France/Belgique (+ Union Européenne ), de s’accaparer brutalement et violemment des terres et biens des autochtones africains de cette localité de l’Afrique, berceau de l’Humanité. Ces familles occidentales qui amassent leur richesse en faisant verser le sang de l’Afrique, utilisent les Hima de la région des Grands Lacs dans cette salle besogne ( Les Hima qui espèrent toujours mettre en place leur empire – Hima – dans la Région). Les Africains et la Communauté Internationale doivent sanctionner ces voleurs-assassins des temps modernes.
Je pense que le silence des puissances occidentales face à l'implication du Rwanda dans les troubles actuels au Burundi révèle plutôt qu'elles sont derrière Kagame. Il est toujours leur allié indiscutable dans la région.
Mr. Busselen, en ce qui concerne le Burundi, puis- je vous conseiller d'écouter les propos (interviews à la Rtbf, etc.) de Marguerite Barankitse ( responsable de la Maison Shalom, qui vient en aide aux orphelins du Burundi depuis 1993) pour vous faire une opinion plus objective de la situation qui règne actuellement dans ce pays ?
C est le synisme des occidentaux qui divise tjrs l Afrique
L'Occident c'est quoi? C'est un nom générique pour désigner les maîtres du monde à savoir les USA, Royaume Uni, France, Allemagne et dans une certaine mesure le Canada. Or, dans le cas présent, les sponsors ou protecteurs de Kagame sont précisément ces pays sauf quelque peu la France ( dont la position est floue). S'agissant de l'Union Européenne, les grands décideurs sont la France, Allemagne et le Royaume Uni. En matière de politique étrangère, ces pays s'entendent sur les positions ou mesures à prendre à l'égard de tel ou tel président africain en l'occurrence. Ils agissent d'une manière coordonnée. Sur le Rwanda, la France agit de concert avec l'Allemagne, grand financier du régime Kagame et le Royaume Uni dont Kagame a cédé tout le Rwanda via ses multinationales par le jeu de prétendues privatisations des entreprises publiques de tous secteurs. Il en est de même des USA. Les intérêts économiques et financiers d'abord, la souffrance et les morts nègres rwandais, congolais ou burundais ensuite. Il s'agit ici des intérêts économiques qui sont en jeu. Tony Blair, ex-premier ministre britannique, actuellement conseiller spécial de Kagame a pour mission de promouvoir les intérêts de son pays au Rwanda c'est-à-dire dépouiller les Rwandais de leur patrimoine de sorte que le Rwanda soit entre les mains des multinationales anglo-américaines. Et aucun secteur n'est épargné. Les faits sont têtus. Où est la France dans cette galaxie politico-business anglo-américano -rwandaise? Nulle part. Kagame l'a paralysée par le jeu de ses accusations fantaisistes et infamantes à son endroit colportées à grande échelle via les médias anglo-saxons et reprises curieusement par les médias français. Par ses positions contradictoires sur l'affaire rwandaise, les dirigeants français sont mal placés pour donner une quelconque leçon de morale à Kagame. Respect des droits de l'homme ? Lorsque la France refuse le statut de réfugié à ses soi-disant anciens alliés y compris la veuve du président Habyalimana dit homme de la France au motif qu'elle a des raisons de penser qu'ils ont commis le génocide contre les Tutsi alors qu'ils ne sont poursuivis par qui que ce soit et refuse d'exécuter les décisions de sa propre justice qui l'enjoignent à accorder les visas d'entrée sur le territoire français aux acquittés du TPIR au motif que leur présence sur le sol français constitue une menace pour la sécurité des Français, comment ses dirigeants peuvent-ils oser donner une quelconque leçon en matière de respect des lois ou des droits de l’homme? Un Etat dit démocratique qui refuse de respecter les décisions de sa propre justice est un cas spécial. Dans ces accusations contre la France et ses dirigeants, Kagame oppose à la France ses propres décisions contradictoires et incompréhensibles. C'est pourquoi, elle ne peut oser agir contre Kagame alors qu'elle est commandant en chef des anti-Assad, Président de la Syrie qui, en matière de tyrannie est un nain à côte de Kagame. Il a appartient aux Rwandais et uniquement à eux de se mettre hors d’état de nuire le tyran. Il faut qu’ils se forger un sens de sacrifice. Les Burkinabés, majoritairement jeunes, ont éjecté un tyran. Il ya eu de morts. C’était le pris à payer. Au lieu de pleurnicher ou disserter sur l’UE, la France et je ne sais qui encore, les Rwandais doivent suivre l’exemple des Burkinabés dont le courage m’inspire à titre personnel respect et admiration. Ils n’ont pas attendu qui que ce soit pour mettre d’état de nuire Campaoré. Nkurunziza et ses compagnons ont contraint Buyoya avec son armée pourtant hyper-armée à s'incliner devant la volonté du Peuple Burundais. Ils n'ont pas pleurnicher pour susciter la compassion ou des aides hypothétiques des Etats tiers pour éjecter Buyoya. Il y a eu des milliers de morts mais c'était le prix à payer. Buyoya a condamné à mort Kurunziza plusieurs fois. Par la volonté du Plus Haut, il n'a pas été pris. Il est entrain de bâtir un Burundi pour tous les Burundais et a mis son pays sur les rails de la démocratie nonobstant le drame qui touche certains burundais mais imputable à Kagame qui veut un Burundi à la rwandaise.

Le 9 octobre 1967, il y cinquante ans, Ernesto « Che » Guevara était exécuté par des militaires boliviens et des agents de la CIA.  Nombreux sont ceux qui ne connaissent Che Guevara que par sa silhouette mondialement célèbre reprise sur une quantité impressionnante de gadgets. Mais qui était cet homme qui, 50 ans après sa mort, est toujours perçu comme un symbole de résistance et de lutte contre l'injustice ?

Depuis plusieurs années, les directions de la SNCB et d’Infrabel tentent de mettre des bâtons dans les roues des cheminots lorsqu’ils veulent mener des actions : recours à des juges, envois d’huissiers, de policiers sur les piquets, etc. A l’approche de la grève de tous les services publics du 10 octobre, Infrabel refuse la concertation et continue ses menaces malgré des récentes décisions de justice en sa défaveur. Le PTB dénonce ce recours croissant à la justice pour résoudre des conflits sociaux.

Partout dans le monde, le droit des femmes à disposer librement de leur corps est mis sous pression. L’Espagne et la Pologne ont récemment connu des tentatives pour restreindre très fortement le droit à l'avortement. Heureusement, une forte mobilisation a fait reculer les gouvernements. Cet été, dans l’Arkansas aux Etats-Unis, un projet de loi a vu le jour pour empêcher les femmes de décider seules d’un avortement. En Belgique, l’avortement est toujours dans inscrit code pénal. En Irlande et à Malte, il est tout simplement interdit. Se mobiliser est donc plus que jamais indispensable.

Du 6 au 17 novembre 2017, Bonn accueille le nouveau sommet climatique international (COP23). L'état d'avancement de l'Accord de Paris sur le climat de 2015 y sera discuté. Le PTB répondra à l’appel du mouvement climatique Climate Express qui compte sur le « pouvoir des gens » pour mettre sous pression les négociateurs présents à Bonn. #Bonngo

Ce qui a débuté par l’annulation de six vols en Italie et en Espagne a abouti à la suppression, fin octobre, de 40 à 50 vols par jour. Des vacances bien méritées s’envolent donc en fumée pour de nombreuses personnes. Mais le personnel lui aussi subit la politique de Ryanair.

Face aux menaces de privatisations, aux coupes budgétaires, au détricotage du statut et des pensions, les travailleurs des services publics se mobilisent. Ils étaient des centaines devant le Parlement wallon et le Parlement flamand. Une première étape dans la résistance sociale avant la grève nationale du 10 octobre.

A quelques jours d’une grève, une victoire en justice de syndicalistes a une résonance particulière. Après l’interdiction des piquets, le syndicat n’a pas baissé les bras et a attaqué Infrabel en justice. 

Les images sont fortes. Au matin du 20 septembre, 14 hauts fonctionnaires de l'administration catalane ont été arrêtés par la Garde civile espagnole. L'objectif du gouvernement espagnol est d'éviter l'organisation d'un référendum sur l'indépendance de la Catalogne, programmé pour le 1 octobre.

Une délégation soudanaise est invitée par le secrétaire d’État à l’Asile et à la Migration Theo Francken (N-VA) pour venir identifier et ramener les réfugiés soudanais arrêtés dans le parc Maximilien et aux alentours de la gare du Nord à Bruxelles. Après les rafles policières des dernières semaines, la politique de #nettoyage de Francken prend une dimension supplémentaire.

Les négociations pour une nouvelle convention collective de travail (CCT) à Oleon ont échoué après le « non » de la direction aux propositions des travailleurs et de leurs syndicats. Les délégués des trois syndicats ont informé leur base et les travailleurs ont arrêté le travail. Ce 19 septembre au matin, le PTB s’est rendu aux portes de l’entreprise afin de témoigner son soutien.