Pourquoi l'Occident ferme les yeux sur la déstabilisation orchestrée par le Rwanda

Les chiffres officiels de l'aide militaire des États-Unis et la Grande-Bretagne au Rwanda sont remarquablement bas, mais il y a une collaboration intense entre l'armée américaine, britannique et rwandaise. Sur la photo : des officiers britanniques et américains au cours d'une mission de formation à Kigali pour les sous-officiers de l'armée rwandaise en Mars de 2009. (Photo www.army.mil)
Les chiffres officiels de l'aide militaire des États-Unis et la Grande-Bretagne au Rwanda sont remarquablement bas, mais il y a une collaboration intense entre l'armée américaine, britannique et rwandaise. Sur la photo : des officiers britanniques et américains au cours d'une mission de formation à Kigali pour les sous-officiers de l'armée rwandaise en Mars de 2009. (Photo www.army.mil)

Ajouter un commentaire

By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.

Commentaires

Votre analyse régionale est excellente. Voici ce que je peux y ajouter ... Burundi : Qui sont les acteurs du conflit burundais ? En conclusion, le sang qui coule au Burundi, et dans les Grands Lacs africains, est du à la tentative de certaines familles occidentales richissimes ( grâce à la colonisation – crime contre l’Humanité ), provenant des USA/UK ( + le monde anglo-saxon), de la France/Belgique (+ Union Européenne ), de s’accaparer brutalement et violemment des terres et biens des autochtones africains de cette localité de l’Afrique, berceau de l’Humanité. Ces familles occidentales qui amassent leur richesse en faisant verser le sang de l’Afrique, utilisent les Hima de la région des Grands Lacs dans cette salle besogne ( Les Hima qui espèrent toujours mettre en place leur empire – Hima – dans la Région). Les Africains et la Communauté Internationale doivent sanctionner ces voleurs-assassins des temps modernes.
Je pense que le silence des puissances occidentales face à l'implication du Rwanda dans les troubles actuels au Burundi révèle plutôt qu'elles sont derrière Kagame. Il est toujours leur allié indiscutable dans la région.
Mr. Busselen, en ce qui concerne le Burundi, puis- je vous conseiller d'écouter les propos (interviews à la Rtbf, etc.) de Marguerite Barankitse ( responsable de la Maison Shalom, qui vient en aide aux orphelins du Burundi depuis 1993) pour vous faire une opinion plus objective de la situation qui règne actuellement dans ce pays ?
C est le synisme des occidentaux qui divise tjrs l Afrique
L'Occident c'est quoi? C'est un nom générique pour désigner les maîtres du monde à savoir les USA, Royaume Uni, France, Allemagne et dans une certaine mesure le Canada. Or, dans le cas présent, les sponsors ou protecteurs de Kagame sont précisément ces pays sauf quelque peu la France ( dont la position est floue). S'agissant de l'Union Européenne, les grands décideurs sont la France, Allemagne et le Royaume Uni. En matière de politique étrangère, ces pays s'entendent sur les positions ou mesures à prendre à l'égard de tel ou tel président africain en l'occurrence. Ils agissent d'une manière coordonnée. Sur le Rwanda, la France agit de concert avec l'Allemagne, grand financier du régime Kagame et le Royaume Uni dont Kagame a cédé tout le Rwanda via ses multinationales par le jeu de prétendues privatisations des entreprises publiques de tous secteurs. Il en est de même des USA. Les intérêts économiques et financiers d'abord, la souffrance et les morts nègres rwandais, congolais ou burundais ensuite. Il s'agit ici des intérêts économiques qui sont en jeu. Tony Blair, ex-premier ministre britannique, actuellement conseiller spécial de Kagame a pour mission de promouvoir les intérêts de son pays au Rwanda c'est-à-dire dépouiller les Rwandais de leur patrimoine de sorte que le Rwanda soit entre les mains des multinationales anglo-américaines. Et aucun secteur n'est épargné. Les faits sont têtus. Où est la France dans cette galaxie politico-business anglo-américano -rwandaise? Nulle part. Kagame l'a paralysée par le jeu de ses accusations fantaisistes et infamantes à son endroit colportées à grande échelle via les médias anglo-saxons et reprises curieusement par les médias français. Par ses positions contradictoires sur l'affaire rwandaise, les dirigeants français sont mal placés pour donner une quelconque leçon de morale à Kagame. Respect des droits de l'homme ? Lorsque la France refuse le statut de réfugié à ses soi-disant anciens alliés y compris la veuve du président Habyalimana dit homme de la France au motif qu'elle a des raisons de penser qu'ils ont commis le génocide contre les Tutsi alors qu'ils ne sont poursuivis par qui que ce soit et refuse d'exécuter les décisions de sa propre justice qui l'enjoignent à accorder les visas d'entrée sur le territoire français aux acquittés du TPIR au motif que leur présence sur le sol français constitue une menace pour la sécurité des Français, comment ses dirigeants peuvent-ils oser donner une quelconque leçon en matière de respect des lois ou des droits de l’homme? Un Etat dit démocratique qui refuse de respecter les décisions de sa propre justice est un cas spécial. Dans ces accusations contre la France et ses dirigeants, Kagame oppose à la France ses propres décisions contradictoires et incompréhensibles. C'est pourquoi, elle ne peut oser agir contre Kagame alors qu'elle est commandant en chef des anti-Assad, Président de la Syrie qui, en matière de tyrannie est un nain à côte de Kagame. Il a appartient aux Rwandais et uniquement à eux de se mettre hors d’état de nuire le tyran. Il faut qu’ils se forger un sens de sacrifice. Les Burkinabés, majoritairement jeunes, ont éjecté un tyran. Il ya eu de morts. C’était le pris à payer. Au lieu de pleurnicher ou disserter sur l’UE, la France et je ne sais qui encore, les Rwandais doivent suivre l’exemple des Burkinabés dont le courage m’inspire à titre personnel respect et admiration. Ils n’ont pas attendu qui que ce soit pour mettre d’état de nuire Campaoré. Nkurunziza et ses compagnons ont contraint Buyoya avec son armée pourtant hyper-armée à s'incliner devant la volonté du Peuple Burundais. Ils n'ont pas pleurnicher pour susciter la compassion ou des aides hypothétiques des Etats tiers pour éjecter Buyoya. Il y a eu des milliers de morts mais c'était le prix à payer. Buyoya a condamné à mort Kurunziza plusieurs fois. Par la volonté du Plus Haut, il n'a pas été pris. Il est entrain de bâtir un Burundi pour tous les Burundais et a mis son pays sur les rails de la démocratie nonobstant le drame qui touche certains burundais mais imputable à Kagame qui veut un Burundi à la rwandaise.

« Pas besoin des Mexicains. Je n’ai pas besoin du Mexique. Ils vont payer pour ce mur, qu’ils le veuillent ou non. » Ce n’est qu’une des déclarations offensantes – et pas la plus raciste – de Donald Trump contre le Mexique et les résidents mexicains aux États-Unis. César Vargas, politologue mexicain habitant à Gand, nous donne son éclairage.

« C’est une très mauvaise idée de faire travailler votre épouse », « Vous devez les traiter comme de la merde », « Moi, je les attrape par la chatte »… Ces propos dégradants tenus par Trump durant sa campagne électorale ont commencé à trouver leur traduction en mesures politiques, servies par une idéologie réactionnaire et des intérêts économiques particuliers.

Dans les années 1950, le chanteur Woodie Guthrie écrivait Old Man Trump, une chanson dénonçant le racisme de Fred Trump, le grand-père de Donald. Voici quelques épisodes qui montrent que ce dernier n’a rien à envier à son ancêtre.

Aux Pays-Bas, en France ou en Allemagne, les partis sociaux-démocrates qui se cramponnent aux dogmes libéraux vont de défaite en défaite. En Grande-Bretagne, le dirigeant travailliste Jeremy Corbyn a choisi de rompre avec ces dogmes. Et cette rupture est soutenue par de nombreux Britanniques.

Un des aspects les plus discutés et les plus mystérieux du début de la présidence de Trump est sa relation avec la Russie. Durant sa campagne électorale, Trump avait étonné tout le monde par ses déclarations élogieuses sur Poutine. En sous-main, c’est la guerre (commerciale) avec la Chine qui se dessine. Explications.

The Coming War on China, le nouveau film de John Pilger, veut d’urgence réveiller le monde. Ces dernières années, pendant que le Moyen-Orient était en feu, le président Obama a encerclé militairement la Chine. Pilger craint une dangereuse confrontation pouvant mener à une guerre nucléaire, volontaire ou non. Le journal britannique The Morning Star l’a rencontré.

Tromperies et fausses promesses aux électeurs n’ont rien de neuf en politique. Mais Donald Trump va bien plus loin. Les mensonges sont devenus le nouveau standard. Il surfe sur une vague de campagnes de haine sur les réseaux sociaux, alimentées et attisées par l’extrême droite : l’« alt-right ». Médias et scientifiques sont intimidés ou bâillonnés. Et le nouveau et dangereux cocktail du « trumpisme » essaime parmi les dirigeants politiques d’ultra-droite.

Le gouvernement Michel entend s’« impliquer » en Afrique centrale. Pourtant, il y a tout juste 20 ans, un des précieux alliés du monde occidental, le dictateur congolais Joseph Mobutu, était renversé. Retour sur « l’implication » de la Belgique au Congo après le 30 juin 1960, aux côtés d’une dictature qui a si longtemps servi certains intérêts belges. 

Le député fédéral PTB Marco Van Hees dénonce le projet de service minimum du ministre fédéral de la Mobilité François Bellot (MR) : « Le service minimum pour les usagers, c’est déjà 365 jours par an. En quoi ce projet va améliorer le quotidien des usagers, qui est la priorité ? Avec son projet, le gouvernement veut casser la force du collectif des travailleurs. »

C’est officiel : l’« Obamacare » est enterré. La Chambre des représentants des Etats-Unis a voté l’abrogation du très modeste système d’assurance de soins de santé introduit par Barack Obama. Quelle est l’alternative de Trump ? Et pourquoi celui-ci s’est-il si fortement opposé à l’Obamacare ?