Pourquoi l'Occident ferme les yeux sur la déstabilisation orchestrée par le Rwanda

Les chiffres officiels de l'aide militaire des États-Unis et la Grande-Bretagne au Rwanda sont remarquablement bas, mais il y a une collaboration intense entre l'armée américaine, britannique et rwandaise. Sur la photo : des officiers britanniques et américains au cours d'une mission de formation à Kigali pour les sous-officiers de l'armée rwandaise en Mars de 2009. (Photo www.army.mil)
Les chiffres officiels de l'aide militaire des États-Unis et la Grande-Bretagne au Rwanda sont remarquablement bas, mais il y a une collaboration intense entre l'armée américaine, britannique et rwandaise. Sur la photo : des officiers britanniques et américains au cours d'une mission de formation à Kigali pour les sous-officiers de l'armée rwandaise en Mars de 2009. (Photo www.army.mil)

Ajouter un commentaire

By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.

Commentaires

Votre analyse régionale est excellente. Voici ce que je peux y ajouter ... Burundi : Qui sont les acteurs du conflit burundais ? En conclusion, le sang qui coule au Burundi, et dans les Grands Lacs africains, est du à la tentative de certaines familles occidentales richissimes ( grâce à la colonisation – crime contre l’Humanité ), provenant des USA/UK ( + le monde anglo-saxon), de la France/Belgique (+ Union Européenne ), de s’accaparer brutalement et violemment des terres et biens des autochtones africains de cette localité de l’Afrique, berceau de l’Humanité. Ces familles occidentales qui amassent leur richesse en faisant verser le sang de l’Afrique, utilisent les Hima de la région des Grands Lacs dans cette salle besogne ( Les Hima qui espèrent toujours mettre en place leur empire – Hima – dans la Région). Les Africains et la Communauté Internationale doivent sanctionner ces voleurs-assassins des temps modernes.
Je pense que le silence des puissances occidentales face à l'implication du Rwanda dans les troubles actuels au Burundi révèle plutôt qu'elles sont derrière Kagame. Il est toujours leur allié indiscutable dans la région.
Mr. Busselen, en ce qui concerne le Burundi, puis- je vous conseiller d'écouter les propos (interviews à la Rtbf, etc.) de Marguerite Barankitse ( responsable de la Maison Shalom, qui vient en aide aux orphelins du Burundi depuis 1993) pour vous faire une opinion plus objective de la situation qui règne actuellement dans ce pays ?
C est le synisme des occidentaux qui divise tjrs l Afrique
L'Occident c'est quoi? C'est un nom générique pour désigner les maîtres du monde à savoir les USA, Royaume Uni, France, Allemagne et dans une certaine mesure le Canada. Or, dans le cas présent, les sponsors ou protecteurs de Kagame sont précisément ces pays sauf quelque peu la France ( dont la position est floue). S'agissant de l'Union Européenne, les grands décideurs sont la France, Allemagne et le Royaume Uni. En matière de politique étrangère, ces pays s'entendent sur les positions ou mesures à prendre à l'égard de tel ou tel président africain en l'occurrence. Ils agissent d'une manière coordonnée. Sur le Rwanda, la France agit de concert avec l'Allemagne, grand financier du régime Kagame et le Royaume Uni dont Kagame a cédé tout le Rwanda via ses multinationales par le jeu de prétendues privatisations des entreprises publiques de tous secteurs. Il en est de même des USA. Les intérêts économiques et financiers d'abord, la souffrance et les morts nègres rwandais, congolais ou burundais ensuite. Il s'agit ici des intérêts économiques qui sont en jeu. Tony Blair, ex-premier ministre britannique, actuellement conseiller spécial de Kagame a pour mission de promouvoir les intérêts de son pays au Rwanda c'est-à-dire dépouiller les Rwandais de leur patrimoine de sorte que le Rwanda soit entre les mains des multinationales anglo-américaines. Et aucun secteur n'est épargné. Les faits sont têtus. Où est la France dans cette galaxie politico-business anglo-américano -rwandaise? Nulle part. Kagame l'a paralysée par le jeu de ses accusations fantaisistes et infamantes à son endroit colportées à grande échelle via les médias anglo-saxons et reprises curieusement par les médias français. Par ses positions contradictoires sur l'affaire rwandaise, les dirigeants français sont mal placés pour donner une quelconque leçon de morale à Kagame. Respect des droits de l'homme ? Lorsque la France refuse le statut de réfugié à ses soi-disant anciens alliés y compris la veuve du président Habyalimana dit homme de la France au motif qu'elle a des raisons de penser qu'ils ont commis le génocide contre les Tutsi alors qu'ils ne sont poursuivis par qui que ce soit et refuse d'exécuter les décisions de sa propre justice qui l'enjoignent à accorder les visas d'entrée sur le territoire français aux acquittés du TPIR au motif que leur présence sur le sol français constitue une menace pour la sécurité des Français, comment ses dirigeants peuvent-ils oser donner une quelconque leçon en matière de respect des lois ou des droits de l’homme? Un Etat dit démocratique qui refuse de respecter les décisions de sa propre justice est un cas spécial. Dans ces accusations contre la France et ses dirigeants, Kagame oppose à la France ses propres décisions contradictoires et incompréhensibles. C'est pourquoi, elle ne peut oser agir contre Kagame alors qu'elle est commandant en chef des anti-Assad, Président de la Syrie qui, en matière de tyrannie est un nain à côte de Kagame. Il a appartient aux Rwandais et uniquement à eux de se mettre hors d’état de nuire le tyran. Il faut qu’ils se forger un sens de sacrifice. Les Burkinabés, majoritairement jeunes, ont éjecté un tyran. Il ya eu de morts. C’était le pris à payer. Au lieu de pleurnicher ou disserter sur l’UE, la France et je ne sais qui encore, les Rwandais doivent suivre l’exemple des Burkinabés dont le courage m’inspire à titre personnel respect et admiration. Ils n’ont pas attendu qui que ce soit pour mettre d’état de nuire Campaoré. Nkurunziza et ses compagnons ont contraint Buyoya avec son armée pourtant hyper-armée à s'incliner devant la volonté du Peuple Burundais. Ils n'ont pas pleurnicher pour susciter la compassion ou des aides hypothétiques des Etats tiers pour éjecter Buyoya. Il y a eu des milliers de morts mais c'était le prix à payer. Buyoya a condamné à mort Kurunziza plusieurs fois. Par la volonté du Plus Haut, il n'a pas été pris. Il est entrain de bâtir un Burundi pour tous les Burundais et a mis son pays sur les rails de la démocratie nonobstant le drame qui touche certains burundais mais imputable à Kagame qui veut un Burundi à la rwandaise.
Voici un aperçu du contenu du numéro d'avril. En vous abonnant, vous recevrez non seulement ces articles plus vite, mais aurez également accès aux photos, dessins et à bien d'autres informations.

Ce 21 mars, infirmier.ère.s, aides-soignant.e.s, travailleurs sociaux et d’autres du secteur non-marchand descendaient dans la rue pour de meilleures conditions de travail et contre les économies dans leur secteur. Mais les Belges ne sont pas seuls. Dans d’autres pays européens aussi, les soins de santé sont sous pression, au détriment du personnel et des patients. Et la résistance y est également active.

De plus en plus d’entreprises importent des travailleurs détachés. Le but ? Éluder les réglementations de travail et de salaire belges. Et saper celles-ci.

« Le TTIP et le CETA pour débutants ». Dans son livre, Line De Witte décortique la genèse et les enjeux des deux grands traités de libre-échange négociés aujourd’hui par l’Union européenne. Dans le chapitre ci-dessous, que nous publions en exclusivité, elle remonte à l’Alena, traité liant le Canada, les États-Unis et le Mexique. Adulé par les actionnaires et maudit par les travailleurs, il a posé les bases économiques sur lesquelles le discours de Trump a pu prospérer.

Les gens en ont marre. Marre des politiciens corrompus. Marre de leurs combines. Marre de l’austérité. En France, le Front national (FN) prétend offrir une alternative. Mais les entrailles du FN montrent non seulement un parti très antisocial, mais, de scandale en scandale, les responsables du parti sont eux aussi pris la main dans le sac.

La semaine dernière, la Cour européenne de justice a rendu un arrêt stipulant que les entreprises peuvent interdire le port du foulard (parfois appelé à tort « voile ») sur la tête dans des fonctions où l’on est visible par le public. Dans une carte blanche publiée dans le magazine Knack, un nombre important d’organisations de femmes et d’associations se sont indignées de cet arrêt. L’avis de Maartje De Vries, présidente de Marianne, le mouvement de femmes du PTB.

« Vous ne pouvez pas dépenser tout l'argent dans l'alcool et les femmes et ensuite demander de l'aide » Ces mots du social-démocrate néerlandais Jeroen Dijsselbloem visent la Grèce ou de l'Espagne. Avec ces propos sexistes, xénophobes et qui diffusent une vision fausse sur la dette des pays du Sud de l’Europe, Dijsselbloem, président de l’Eurogroupe, veut surtout assurer sa place, après sa déroute électorale aux Pays-Bas.

C’était une réussite. Samedi 18 mars dernier, pas moins de 130 000 personnes avaient répondu à l’appel de la gauche française à prendre part à la Marche pour la 6e République et la justice sociale. Des membres du PTB et de son mouvement d’étudiants, Comac, y étaient. Voici quelques photos.

Dans un athénée de Flémalle, près de Liège, cela fait plusieurs années que les pannes de chauffage sont récurrentes. Pour enfin faire bouger les choses, les élèves ont décidé de se mettre en grève. Et ils ont obtenu une première victoire. 

La stratégie des politiciens comme Trump, Wilders, Le Pen, Francken ou Dewinter est de monter les gens les uns contre les autres. À Anvers, l’association Samenlevingsopbouw travaille dans la direction opposée en créant chaque jour du lien social au cœur de la diversité.