Pourquoi l'Occident ferme les yeux sur la déstabilisation orchestrée par le Rwanda

Les chiffres officiels de l'aide militaire des États-Unis et la Grande-Bretagne au Rwanda sont remarquablement bas, mais il y a une collaboration intense entre l'armée américaine, britannique et rwandaise. Sur la photo : des officiers britanniques et américains au cours d'une mission de formation à Kigali pour les sous-officiers de l'armée rwandaise en Mars de 2009. (Photo www.army.mil)
Les chiffres officiels de l'aide militaire des États-Unis et la Grande-Bretagne au Rwanda sont remarquablement bas, mais il y a une collaboration intense entre l'armée américaine, britannique et rwandaise. Sur la photo : des officiers britanniques et américains au cours d'une mission de formation à Kigali pour les sous-officiers de l'armée rwandaise en Mars de 2009. (Photo www.army.mil)

Ajouter un commentaire

You must have Javascript enabled to use this form.

Commentaires

Votre analyse régionale est excellente. Voici ce que je peux y ajouter ... Burundi : Qui sont les acteurs du conflit burundais ? En conclusion, le sang qui coule au Burundi, et dans les Grands Lacs africains, est du à la tentative de certaines familles occidentales richissimes ( grâce à la colonisation – crime contre l’Humanité ), provenant des USA/UK ( + le monde anglo-saxon), de la France/Belgique (+ Union Européenne ), de s’accaparer brutalement et violemment des terres et biens des autochtones africains de cette localité de l’Afrique, berceau de l’Humanité. Ces familles occidentales qui amassent leur richesse en faisant verser le sang de l’Afrique, utilisent les Hima de la région des Grands Lacs dans cette salle besogne ( Les Hima qui espèrent toujours mettre en place leur empire – Hima – dans la Région). Les Africains et la Communauté Internationale doivent sanctionner ces voleurs-assassins des temps modernes.
Je pense que le silence des puissances occidentales face à l'implication du Rwanda dans les troubles actuels au Burundi révèle plutôt qu'elles sont derrière Kagame. Il est toujours leur allié indiscutable dans la région.
Mr. Busselen, en ce qui concerne le Burundi, puis- je vous conseiller d'écouter les propos (interviews à la Rtbf, etc.) de Marguerite Barankitse ( responsable de la Maison Shalom, qui vient en aide aux orphelins du Burundi depuis 1993) pour vous faire une opinion plus objective de la situation qui règne actuellement dans ce pays ?
C est le synisme des occidentaux qui divise tjrs l Afrique
L'Occident c'est quoi? C'est un nom générique pour désigner les maîtres du monde à savoir les USA, Royaume Uni, France, Allemagne et dans une certaine mesure le Canada. Or, dans le cas présent, les sponsors ou protecteurs de Kagame sont précisément ces pays sauf quelque peu la France ( dont la position est floue). S'agissant de l'Union Européenne, les grands décideurs sont la France, Allemagne et le Royaume Uni. En matière de politique étrangère, ces pays s'entendent sur les positions ou mesures à prendre à l'égard de tel ou tel président africain en l'occurrence. Ils agissent d'une manière coordonnée. Sur le Rwanda, la France agit de concert avec l'Allemagne, grand financier du régime Kagame et le Royaume Uni dont Kagame a cédé tout le Rwanda via ses multinationales par le jeu de prétendues privatisations des entreprises publiques de tous secteurs. Il en est de même des USA. Les intérêts économiques et financiers d'abord, la souffrance et les morts nègres rwandais, congolais ou burundais ensuite. Il s'agit ici des intérêts économiques qui sont en jeu. Tony Blair, ex-premier ministre britannique, actuellement conseiller spécial de Kagame a pour mission de promouvoir les intérêts de son pays au Rwanda c'est-à-dire dépouiller les Rwandais de leur patrimoine de sorte que le Rwanda soit entre les mains des multinationales anglo-américaines. Et aucun secteur n'est épargné. Les faits sont têtus. Où est la France dans cette galaxie politico-business anglo-américano -rwandaise? Nulle part. Kagame l'a paralysée par le jeu de ses accusations fantaisistes et infamantes à son endroit colportées à grande échelle via les médias anglo-saxons et reprises curieusement par les médias français. Par ses positions contradictoires sur l'affaire rwandaise, les dirigeants français sont mal placés pour donner une quelconque leçon de morale à Kagame. Respect des droits de l'homme ? Lorsque la France refuse le statut de réfugié à ses soi-disant anciens alliés y compris la veuve du président Habyalimana dit homme de la France au motif qu'elle a des raisons de penser qu'ils ont commis le génocide contre les Tutsi alors qu'ils ne sont poursuivis par qui que ce soit et refuse d'exécuter les décisions de sa propre justice qui l'enjoignent à accorder les visas d'entrée sur le territoire français aux acquittés du TPIR au motif que leur présence sur le sol français constitue une menace pour la sécurité des Français, comment ses dirigeants peuvent-ils oser donner une quelconque leçon en matière de respect des lois ou des droits de l’homme? Un Etat dit démocratique qui refuse de respecter les décisions de sa propre justice est un cas spécial. Dans ces accusations contre la France et ses dirigeants, Kagame oppose à la France ses propres décisions contradictoires et incompréhensibles. C'est pourquoi, elle ne peut oser agir contre Kagame alors qu'elle est commandant en chef des anti-Assad, Président de la Syrie qui, en matière de tyrannie est un nain à côte de Kagame. Il a appartient aux Rwandais et uniquement à eux de se mettre hors d’état de nuire le tyran. Il faut qu’ils se forger un sens de sacrifice. Les Burkinabés, majoritairement jeunes, ont éjecté un tyran. Il ya eu de morts. C’était le pris à payer. Au lieu de pleurnicher ou disserter sur l’UE, la France et je ne sais qui encore, les Rwandais doivent suivre l’exemple des Burkinabés dont le courage m’inspire à titre personnel respect et admiration. Ils n’ont pas attendu qui que ce soit pour mettre d’état de nuire Campaoré. Nkurunziza et ses compagnons ont contraint Buyoya avec son armée pourtant hyper-armée à s'incliner devant la volonté du Peuple Burundais. Ils n'ont pas pleurnicher pour susciter la compassion ou des aides hypothétiques des Etats tiers pour éjecter Buyoya. Il y a eu des milliers de morts mais c'était le prix à payer. Buyoya a condamné à mort Kurunziza plusieurs fois. Par la volonté du Plus Haut, il n'a pas été pris. Il est entrain de bâtir un Burundi pour tous les Burundais et a mis son pays sur les rails de la démocratie nonobstant le drame qui touche certains burundais mais imputable à Kagame qui veut un Burundi à la rwandaise.

L’Italie a presque un nouveau gouvernement. Cette alliance entre populistes du Mouvement 5 Étoiles et extrême-droite de la Ligue inquiète l’Union européenne. Le nouvel exécutif pourrait ne plus respecter les traités européens. Mais c’est surtout l’émergence de ce gouvernement même qui devrait inquiéter. Parce qu’il illustre toutes les limites de l’intégration européenne.

Redouane Ahrouch, conseiller communal à Molenbeek, a été licencié par la STIB. Fondateur du parti Islam, il avait défendu la séparation des entrées des hommes et des femmes dans les transports en commun. Lors de son passage à RTL, il avait refusé de regarder une chroniqueuse dans les yeux. Il en a ensuite fait de même face à la secrétaire d’État N-VA, Zuhal Demir sur le plateau de l'émission « De Afspraak ». Le comportement d’Ahrouch a choqué. Mais comment combattre ses idées ? Et à qui profite réellement la polémique ?
Ce dimanche 20 mai, avec 68 % des votes exprimés en sa faveur, Nicolás Maduro a remporté l'élection présidentielle vénézuélienne. L'opposition locale, les États-Unis et leurs partisans ne reconnaissent pas le résultat. Une décision prise avant que l'élection n'ait lieu...
Pour la première fois depuis dix ans, tous les syndicats de la Fonction publique, qui compte 5,4 millions de salariés en France, étaient dans la rue ce mardi. Rejoints par de nombreux secteurs, ils luttent contre la volonté du président Macron de supprimer 120 000 emplois, casser leur statut, ouvrir la porte aux contrats précaires... Reportage au milieu du cortège parisien.
Depuis deux mois, les travailleurs français sont en lutte contre les plans du président Emmanuel Macron et les politiques libérales de l'Union européenne. Dans ce combat, les cheminots sont la locomotive. Décryptage avec un des conducteurs de cette locomotive, le Secrétaire général de la CGT Cheminots.

Malgré de lourds sacrifices financiers de la part des salariés et un bénéfice record de leur entreprise, la direction de l’usine Perrin Industrie décide néanmoins la fermeture totale du site. En guerre, le nouveau film de Stéphane Brizé (La Loi du marché), avec Vincent Lindon, est saisissant de réalisme. Un récit puissant, un film qui questionne.

Après avoir gagné l'Eurovision et accueilli le départ du Giro, Israël célèbre ce 14 mai les 70 ans de sa fondation et accueille la nouvelle ambassade des USA à Jérusalem. De leur côté,  les Palestiniens prévoient ce 15 mai une marche avec jusqu'à un million de manifestants à Gaza, en clôture du cycle de protestations de la « Grande Marche du Retour » et pour commémorer les 70 ans de la Nakba, la « catastrophe » de la création d'Israël en 1948, qui a forcé 750 000 Palestiniens à quitter leurs villages. Entretien avec Hamdan Al Damiri, coordinateur de la communauté palestinienne en Belgique.

Theo Francken utilise une nouvelle fois la situation au parc Maximilien pour déshumaniser les personnes dont le seul crime est de fuir la guerre, la persécutions et la misère. Le nombre de migrants n’a pourtant pas augmenté ces derniers mois. S'ils doivent dormir dehors, c’est uniquement parce que le centre d’accueil où ils dormaient cet hiver a fermé ses portes.
Campus universitaires bloqués, assemblées générales et manifestations : le mouvement social qui traverse l'hexagone touche également les étudiants français. Rencontre avec Charlotte Dumont, responsable à Comac (mouvement étudiant du PTB), qui s’est rendue une semaine en France au cœur du mouvement étudiant.

Ce 15 mai sera commémoré le 70e anniversaire de la Nakba (« catastrophe »). Le terme désigne les conséquences pour les Palestiniens de la défaite des armées arabes face aux troupes sionistes en 1948. La plus importante de ces conséquences est l’expulsion de près de 750 000 personnes des territoires conquis par Israël.