Pourquoi l'Occident ferme les yeux sur la déstabilisation orchestrée par le Rwanda

Les chiffres officiels de l'aide militaire des États-Unis et la Grande-Bretagne au Rwanda sont remarquablement bas, mais il y a une collaboration intense entre l'armée américaine, britannique et rwandaise. Sur la photo : des officiers britanniques et américains au cours d'une mission de formation à Kigali pour les sous-officiers de l'armée rwandaise en Mars de 2009. (Photo www.army.mil)
Les chiffres officiels de l'aide militaire des États-Unis et la Grande-Bretagne au Rwanda sont remarquablement bas, mais il y a une collaboration intense entre l'armée américaine, britannique et rwandaise. Sur la photo : des officiers britanniques et américains au cours d'une mission de formation à Kigali pour les sous-officiers de l'armée rwandaise en Mars de 2009. (Photo www.army.mil)

Ajouter un commentaire

By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.

Commentaires

Votre analyse régionale est excellente. Voici ce que je peux y ajouter ... Burundi : Qui sont les acteurs du conflit burundais ? En conclusion, le sang qui coule au Burundi, et dans les Grands Lacs africains, est du à la tentative de certaines familles occidentales richissimes ( grâce à la colonisation – crime contre l’Humanité ), provenant des USA/UK ( + le monde anglo-saxon), de la France/Belgique (+ Union Européenne ), de s’accaparer brutalement et violemment des terres et biens des autochtones africains de cette localité de l’Afrique, berceau de l’Humanité. Ces familles occidentales qui amassent leur richesse en faisant verser le sang de l’Afrique, utilisent les Hima de la région des Grands Lacs dans cette salle besogne ( Les Hima qui espèrent toujours mettre en place leur empire – Hima – dans la Région). Les Africains et la Communauté Internationale doivent sanctionner ces voleurs-assassins des temps modernes.
Je pense que le silence des puissances occidentales face à l'implication du Rwanda dans les troubles actuels au Burundi révèle plutôt qu'elles sont derrière Kagame. Il est toujours leur allié indiscutable dans la région.
Mr. Busselen, en ce qui concerne le Burundi, puis- je vous conseiller d'écouter les propos (interviews à la Rtbf, etc.) de Marguerite Barankitse ( responsable de la Maison Shalom, qui vient en aide aux orphelins du Burundi depuis 1993) pour vous faire une opinion plus objective de la situation qui règne actuellement dans ce pays ?
C est le synisme des occidentaux qui divise tjrs l Afrique
L'Occident c'est quoi? C'est un nom générique pour désigner les maîtres du monde à savoir les USA, Royaume Uni, France, Allemagne et dans une certaine mesure le Canada. Or, dans le cas présent, les sponsors ou protecteurs de Kagame sont précisément ces pays sauf quelque peu la France ( dont la position est floue). S'agissant de l'Union Européenne, les grands décideurs sont la France, Allemagne et le Royaume Uni. En matière de politique étrangère, ces pays s'entendent sur les positions ou mesures à prendre à l'égard de tel ou tel président africain en l'occurrence. Ils agissent d'une manière coordonnée. Sur le Rwanda, la France agit de concert avec l'Allemagne, grand financier du régime Kagame et le Royaume Uni dont Kagame a cédé tout le Rwanda via ses multinationales par le jeu de prétendues privatisations des entreprises publiques de tous secteurs. Il en est de même des USA. Les intérêts économiques et financiers d'abord, la souffrance et les morts nègres rwandais, congolais ou burundais ensuite. Il s'agit ici des intérêts économiques qui sont en jeu. Tony Blair, ex-premier ministre britannique, actuellement conseiller spécial de Kagame a pour mission de promouvoir les intérêts de son pays au Rwanda c'est-à-dire dépouiller les Rwandais de leur patrimoine de sorte que le Rwanda soit entre les mains des multinationales anglo-américaines. Et aucun secteur n'est épargné. Les faits sont têtus. Où est la France dans cette galaxie politico-business anglo-américano -rwandaise? Nulle part. Kagame l'a paralysée par le jeu de ses accusations fantaisistes et infamantes à son endroit colportées à grande échelle via les médias anglo-saxons et reprises curieusement par les médias français. Par ses positions contradictoires sur l'affaire rwandaise, les dirigeants français sont mal placés pour donner une quelconque leçon de morale à Kagame. Respect des droits de l'homme ? Lorsque la France refuse le statut de réfugié à ses soi-disant anciens alliés y compris la veuve du président Habyalimana dit homme de la France au motif qu'elle a des raisons de penser qu'ils ont commis le génocide contre les Tutsi alors qu'ils ne sont poursuivis par qui que ce soit et refuse d'exécuter les décisions de sa propre justice qui l'enjoignent à accorder les visas d'entrée sur le territoire français aux acquittés du TPIR au motif que leur présence sur le sol français constitue une menace pour la sécurité des Français, comment ses dirigeants peuvent-ils oser donner une quelconque leçon en matière de respect des lois ou des droits de l’homme? Un Etat dit démocratique qui refuse de respecter les décisions de sa propre justice est un cas spécial. Dans ces accusations contre la France et ses dirigeants, Kagame oppose à la France ses propres décisions contradictoires et incompréhensibles. C'est pourquoi, elle ne peut oser agir contre Kagame alors qu'elle est commandant en chef des anti-Assad, Président de la Syrie qui, en matière de tyrannie est un nain à côte de Kagame. Il a appartient aux Rwandais et uniquement à eux de se mettre hors d’état de nuire le tyran. Il faut qu’ils se forger un sens de sacrifice. Les Burkinabés, majoritairement jeunes, ont éjecté un tyran. Il ya eu de morts. C’était le pris à payer. Au lieu de pleurnicher ou disserter sur l’UE, la France et je ne sais qui encore, les Rwandais doivent suivre l’exemple des Burkinabés dont le courage m’inspire à titre personnel respect et admiration. Ils n’ont pas attendu qui que ce soit pour mettre d’état de nuire Campaoré. Nkurunziza et ses compagnons ont contraint Buyoya avec son armée pourtant hyper-armée à s'incliner devant la volonté du Peuple Burundais. Ils n'ont pas pleurnicher pour susciter la compassion ou des aides hypothétiques des Etats tiers pour éjecter Buyoya. Il y a eu des milliers de morts mais c'était le prix à payer. Buyoya a condamné à mort Kurunziza plusieurs fois. Par la volonté du Plus Haut, il n'a pas été pris. Il est entrain de bâtir un Burundi pour tous les Burundais et a mis son pays sur les rails de la démocratie nonobstant le drame qui touche certains burundais mais imputable à Kagame qui veut un Burundi à la rwandaise.

Après l’approbation par la Commission européenne du compromis à la Belge sur la loi « Major », le parti des libéraux flamands Open Vld lance une nouvelle offensive : faire passer une nouvelle loi organisant le travail portuaire, une loi taillée sur mesure pour Fernand Huts.

Après trois années d’incertitude totale, les travailleurs portuaires belges sont enfin soulagés. La Commission européenne met un terme à la procédure contre leur statut, la Loi Major. C’est une victoire dans la lutte pour la reconnaissance de la profession et pour la protection sociale dans les ports.

Dans les années 1990, l’Anversois Tobias Schiff (1925-1999) a écrit un livre extraordinaire sur la manière dont il a survécu pendant plus d’un demi-siècle à l’univers d’Auschwitz, où il fut déporté avec sa famille. Les éditions EPO rééditent cet ouvrage.

« Le Bruxelles des révolutionnaires » est un ouvrage collectif dirigé par l’historienne Anne Morelli. Dans ce livre richement illustré, le lecteur part sur les traces de la révolution de 1830 pour arriver à « Bruxelles, terrain d’action des luttes urbaines », en passant par la Grand-place « ouvrière » où les lieux de la capitale fréquentés par Marx, Lénine, Victor Hugo… Nous reproduisons ici l’introduction de l’ouvrage par celle qui l’a dirigé.

Dans le dernier livre de Peter Mertens, Graailand, le nom d’Ewald Engelen apparaît à plusieurs reprises. Le géographe financier néerlandais ne se montre pas tendre envers les élites financières et politiques. Il plaide sans détour pour un populisme de gauche, capable de battre la déferlante du populisme de droite.

« Mettre définitivement l’homme à l’abri du besoin, en finir avec la souffrance et les angoisses du lendemain » était la devise d’Ambroise Croizat, « père » de la sécurité sociale française. A l’occasion des 70 ans de celle-ci, un film retraçant cette lutte pour une vie digne est sorti. Rencontre avec Gilles Perret, réalisateur de La Sociale.

Avec un investissement supplémentaire de 5 000 livres (5 700 euros), un incendie d'une telle ampleur dans la tour Grenfell à Londres aurait probablement pu être évité. En effet, lors de la rénovation de l'immeuble, l'an dernier, ce sont les panneaux d'isolation les moins chers qui ont été placés. D'autres panneaux, ceux-là résistants au feu, auraient coûté 5 700 euros de plus.
Chez nous, lorsque le PTB député fédéral Marco Van Hees a demandé au ministre de l'Intérieur Jan Jambon (N-VA) si des moyens suffisants étaient octroyés à la prévention incendie afin d'éviter qu'une telle catastrophe puisse se produire, il n'a pas obtenu de réponse.

L’an dernier, plus de 1 000 bénévoles ont permis à ManiFiesta d’exister. Alors que l’édition 2017 se prépare, les organisateurs font de nouveau appel à la solidarité.

Ces dernières semaines, la presse publie des images de manifestations violentes au Venezuela contre le président Maduro et son gouvernement. L’impérialisme semble à nouveau se réveiller, ouvrant une nouvelle ère sur le continent latino-américain. 

Le 19 mai, le gouvernement a approuvé un projet de loi visant à instaurer un « service minimum » dans le rail. Si cette loi est officiellement motivée par de beaux principes (droit à la mobilité et liberté de circulation), elle cache un retour au 19e siècle au niveau des acquis sociaux. Car c’est l’ensemble des libertés syndicales de tous les travailleurs qui est remis en cause. Explications de l’avocat spécialiste du droit social Jan Buelens.