Centrale biomasse en Wallonie : nuisible pour notre portefeuille et pour l’environnement

Photo Flickr, manoftaste-de
Photo Flickr, manoftaste-de

Ajouter un commentaire

You must have Javascript enabled to use this form.

Commentaires

merci pour ces précisions, j'ai l'impression que quand on parle de centrale à biomasse la majorité du grand public pense à des installations de fermentation de déchets pour produire du gaz et non à bruler des pellets importés
100% d'accord, l'illusion de la biomasse est dangereuse. Mais pourquoi vous ne parlez pas des usines photovoltaïque-hydrogène. Ce sont des usines qui utilisent l'énergie solaire pour électrolyser l'eau et produire de l'hydrogène et ainsi quant le soleil est absent, nous brûlons l'H2 et maintenons la production d'énergie. Deux centrales de ce type existent en corse, elles alimentent deux village de 6 milles habitants pour 11 millions d'investissement......pourquoi personne ne parle de cette idée?
Bonjour, En juillet 2014, j'ai rédigé un dossier de plus de 70 pages au sujet des granulés de bois (pellets) que j'ai remis à Messieurs les Ministres Furlan et Di Antonio dont voici un extrait : IX. Production d'électricité et granulés de bois. Connection du monde de l'électricité dans celui des granulés de bois. Laborelec est un centre de recherche de pointe et des compétences en technologies de l'énergie électrique. Il a été créé en 1962 afin de soutenir les entreprises belges de l'électricité avec la recherche, le développement et les services spécialisés. Aujourd'hui, il fait partie de GDF SUEZ, un leader mondial de l'énergie. Les compétences couvrent l'ensemble de la chaîne de valeur de l'électricité: la production , la transmission et la distribution, et l'utilisation finale. Laborelec offre la recherche et des services spécialisés dans chacun de ces domaines, les entreprises dans toutes les régions du monde. Le siège est situé près de Bruxelles, et ils exploitent également des bureaux aux Pays-Bas, en Allemagne et au Moyen-Orient. Laborelec est une organisation de coopération avec les actionnaires suivants: Electrabel (GDF SUEZ) - Cofely Services (GDF SUEZ) - Tractebel Engineering (GDF SUEZ) Intermixt – Ideg – IEH – Interost – Interlux – Intermosane – Sedilec – Sibelga - SIMOGEL Dans le projet PellCert, Loboreclec fait partie d'un consortium de 10 associations et représente les intérêt de l'énergie. En fait, Ideg, IEH, Interost, Interlux, Itermosane et Sedilec c'est ORES. Electrabel/GDF SUEZ dispose de trois centrales biomasse en Belgique, à Rodenhuize (Gand), aux Awirs (Flemalle) et à Ruien (Anvers). Depuis 2005 la centrale des Awirs produit de l'électricité à partir de 100% de granulés de bois et alimentent environ 200.000 ménages. Les émissions de CO2 sont réduites de 500.000T/an et l'économie de charbon s'élève à 280.000T/an. Les Awirs c'est une puissance de 80MW et une consommation de pellets de 1.200T/JOUR, soit environ 400.000T de granulés de bois par an. L'unité de Rodenhuize (*) à une puissance de 180MW et produit chaque année un volume d'électricité verte équivalant à la consommation annuelle de 320.000 familles. Un tiers de l'approvisionnement en granulés de bois de l'unité de Rodenhuize provient du parc de production de Pacific BioEnergy (*) situé à Prince George (Colombie Britannique) au Canada, avec qui Electrabel a conclu un contrat d'achat à long terme de 225.000T de biomasse par an, et est acheminé par bateau jusqu'au port de Gand. (Source : communiqué de presse du 23/09/2011). D'où vient le reste pour alimenter les centrales électrique, s'il vient de Belgique même d'Europe, c'est clair que les prix ne vont pas diminuer et dans cette optique, ce serait le secteur électrique qui régulerait le prix des granulés de bois !! En résumé, pour ces 2 centrales il faut 400.000 T + 675.000 T (3X225.000T) = 1.075.000 Tonnes de granulés de bois sur une année. Si l'on considère que pour chauffer aux pellets une habitation moyennement isolée, la consommation est de 4T/an, cette quantité de pellet permettrait de chauffer plus de268.750 foyers. Est-ce vraiment meilleur marché d'alimenter une centrale électrique aux pellets venant du Canada ou d'ailleurs, plutôt que de la faire fonctionner avec une autre énergie ? La centrale hydroélectrique d'Ivoz-Ramet est munie de trois turbines d'une puissance nominale de 3300 Kw chacune ce qui représente une production annuelle moyenne de 37 Gwh/an – Ampsin - Neuville 39 Gwh/an – Monsin 62 Gwh/an – Lixhe 61 Gwh/an – Andenne 35 Gwh/an – Grand malade 13 Gwh/an – Floriffoux 3 Gwh/an (source EDF Luminus) (*) Rodenhuize Canadienne Power Pellet (page 34) (*) Partenariat entre PACIFIC BIOENERGY et GDF SUEZ (page 37) Claude Havelange juillet 2014 33/42 (*) Canadienne Power Pellet Station de Rodenhuize Puissance (RPS), une centrale biomasse de 240 mégawatts située à Gand, en Belgique, est alimentée par des pellets, c'est l'un des plus grands consommateurs de granulés de bois canadiens. Anciennement, c'était une centrale à charbon, l'usine a été transformée en 2011 pour fonctionner uniquement avec des granulés de bois. RPS est une joint-venture entre Electrabel (filiale de GDF SUEZ qui détient 73 pour cent) et Ackermans & van Haaren (détenant 27 pour cent). Le projet a coûté environ € 125 000 000 - environ 170 millions de dollars canadiens.Gord Murray WPAC rapport sur sa visite sur place. Granulés de bois canadiens sont expédiées à la centrale de Rodenhuize par le port de Gand. Claude Havelange juillet 2014 34/42 Dave Patterson : '' des innovations forestières de l'investissement du BC, j'ai assisté à la Conférence européenne sur la biomasse à Bruxelles en Juin 2013 dans le cadre d'une mission d'éduquer les Européens sur les pratiques de gestion durable des forêts du Canada et de promouvoir les exportations canadiennes de granulés de bois. Dans le cadre de la conférence, nous avons rejoint une visite du site de RPS où notre guide était exploitant de l'installation haute Cornelis Stevense. Selon Stevense, "Cette centrale a été développée à l'origine comme une centrale au charbon par trois chaudières qui utilisent le gaz, le chauffage pétrole et du charbon pour produire de l'électricité. Deux chaudières ont depuis été mises hors service et l'usine fonctionne maintenant avec un seul tour de chaudière et de refroidissement. L'usine a été modifié en 2005, date à laquelle il a commencé l'éco-combustion de charbon et de granulés de bois, et de nouveau en 2010-11 lorsque la unité à remplacé complètement le charbon avec des granulés de bois ". RPS reçoit les granulés de bois par bateau au port de Gand. Le port est situé à 30 kilomètres de la mer du Nord sur le canal Gand-Terneuzen. Ce canal artificiel a été construit entre 1823 et 1827 à l'initiative du roi néerlandais lorsque la Belgique et les Pays-Bas étaient un pays uni. Au fil des ans, le canal a été élargi de sorte qu'aujourd'hui, il se trouve à 200 mètres de large et 32 kilomètres de long, a une profondeur de 12,5 mètres, et est capable d'accueillir des navires d'une jauge brute d'au plus 92 000T. Le canal est plus que suffisant pour un navire de classe Panamax(1). Les granulés de bois sont déchargés sur le quai à l'aide d'un déchargeur Vigan(2), et stockés dans un entrepôt de 700m de long avec une capacité de 100.000 tonnes. Le système de stockage et de manutention des granulés comprend une installation de dépoussiérage, de gicleurs, des détection d'étincelles, de fumée et de l'équipement de mesure de l'humidité. Les granulés bois sont transportés dans un entrepôt à trois silos de stockage, chacun avec 2.000 mètres cubes de capacité de stockage. Les pellets passent des silos à la zone de traitement où ils sont tamisés, transportés,martelés et transformés en fine poussière. La poussière de bois est ensuite soufflé par l'air à travers les tuyaux vers les brûleurs. Il y a quatre broyeurs à marteaux par silo (12 au total), chaque broyeur à marteaux alimente deux brûleurs. De l'air supplémentaire est ajouté à la bague extérieure de chaque brûleur pour faciliter la combustion, et de la poussière de bois est brûlée à l'intérieur de la chambre de combustion de la chaudière. La chaudière est conçue avec trois niveaux de brûleur et chaque silo alimente un seul niveau. Chaque niveau dispose de huit brûleurs pour un total de 24 brûleurs de la chaudière. Pellets passent des silos à la zone de traitement où ils sont tamisés, transporté à marteler et transformés en poussière. 1. Panamax : dimensions maximum des navires pour entrer dans les écluses du canal de Panama ont 33,53 mètres de large, 320,0 mètres de long et sont profondes de 29,5 mètres. La longueur utilisable dans chaque chambre est de 304,8 mètres. 2. Vigan : déchargeur d'une capacité de 1.500 tonnes à l'heure. Claude Havelange juillet 2014 35/42 L'intérieur de la chaudière contient des tubes remplis d'eau. La chaleur dégagée par les brûleurs (24) transforme l'eau en vapeur. La pression de la vapeur est utilisée pour faire tourner une turbine d'une capacité de 300 mégawatts, qui se transforme alors le générateur pour produire de l'électricité. La vapeur passe à travers un condenseur d'eau froide, est ensuite refoulée à l'eau, qui rentre dans la chaudière dans un cycle continu. L'eau froide du condenseur est chauffée par la vapeur, elle circule dans une tour de refroidissement unique. Selon Stevense, "Nous perdons presque pas d'eau dans le processus, juste un peu de l'évaporation dans la tour de refroidissement. "L'absence de personnes est perceptible. RPS fonctionne 24 heures par jour avec trois quarts de travail de huit heures. Chaque changement nécessite seulement trois personnes pour faire fonctionner l'usine: un opérateur principal dont le métier est de gérer l'approvisionnement en carburant; un opérateur qui contrôle la centrale; et un chef de file de la production qui supervise les opérations. En outre, il y a une équipe de maintenance qui tourne entre RPS et d'autres centrales de la flotte d'Electrabel. Le mix électrique belge comprend l'éolien, le solaire, le nucléaire et de l'électricité thermique. Selon Stevense, la demande d'électricité varie avec le temps, c'est à dire, en réponse à la demande de la chaleur et de la climatisation. Lorsque la demande d'électricité tombe, le vent, l'énergie solaire et l'énergie nucléaire sont prioritaires. Cela signifie qu'il y a des moments où RPS fonctionne en dessous de la capacité ou même doit fermer. Stevense dit, "Bien que la production est évalué à 240 mégawatts, nous travaillons généralement à environ 225 mégawatts. Nous pouvons aller aussi bas que 125 mégawatts si nous devons. Et si nous ne fermons, il nous faut environ 10 heures pour revenir à pleine capacité lorsque nous redémarrons."L'usine consomme environ 800 000 tonnes de granulés de bois par an, la production à environ 35 pour cent d'efficacité. Lors de l'utilisation à pleine capacité, l'usine utilise environ 125 tonnes par heure, soit 3.000 tonnes par jour ", ajoute Stevense. RPS fonctionne avec des granulés de bois en provenance d'Europe, des États-Unis et au Canada y compris les 225 000 tonnes par an à partir de l'usine de pellets de Pacific BioEnergy en Colombie-Britannique , dans lequel Electrabel est un partenaire de co-entreprise. Electrabel impose à chaque fournisseur de granulés de bois à subir un processus de vérification et de certification indépendant strict pour s'assurer que les granulés de bois sont fabriqués à partir de fibres provenant de sources durables et que les granulés de bois de chaque fournisseur aide à réduire l'effet de serre par rapport aux carburants fossiles par au moins 60 pour cent. Le passage aux granulés de bois à partir de charbon a permis RPS de réduire les émissions de CO2 d'environ 1,6 million de tonnes par an, tout en continuant à fournir assez de puissance pour 420 000 foyers en Belgique. RPS est un excellent exemple de conversion d'une centrale à charbon en une centrale thermique biomasse. Ensemble, Electrabel et Ackermans & van Haaren ont fait un énorme investissement pour aider l'Europe à atteindre ses 20 pour cent des GES (Gaz à effet de serre) objectif de réduction d'ici à 2020. Comme les producteurs de pellets canadiens, RPS est un grand consommateur de nos produits. Et nous pouvons nous attendre à la même chose du Groupe GDF SUEZ. La société vise à fournir de l'énergie verte à un million de familles belges en 2015. C'est beaucoup de granulés de bois! Claude Havelange juillet 2014 36/42 (*) PACIFIC BIOENERGY et GDF SUEZ annoncent un partenariat stratégique VANCOUVER, COLOMBIE-BRITANNIQUE - (Marketwire - 15 février 2010) - Pacific BioEnergy Corporation et GDF SUEZ ont annoncé aujourd'hui qu'elles ont conclu un partenariat stratégique pour soutenir une expansion des installations de production de granulés de bois existants de Pacific BioEnergy à Prince George 24 millions de dollars BC (British Colombia dollar. Pacific BioEnergy et leader mondial de la production d'énergie GDF SUEZ ont formé une nouvelle co-entreprise pour posséder et exploiter l'usine PG. En plus de sa participation minoritaire dans la joint-venture, GDF SUEZ a également convenu d'acheter 2,5 millions de tonnes de granulés de bois neutres en carbone pour sa production d'électricité en Belgique au cours des 10 prochaines années, le remplacement d'environ deux millions de tonnes de charbon et la réduction nette émissions de CO 2 de plus de 4 millions de tonnes. Le projet d'expansion, qui devrait être terminé à l'automne de 2010, verra la production annuelle de granulés de bois doubler à 350 000 tonnes. L'équipement de contrôle sera installé, pour l'amélioration de la qualité de l'air dans et autour de Prince George. Le PG usine agrandie utilisera également plus de pin ponderosa (Le pin ponderosa (Pinus Ponderosa) ou pin jaune de l’ouest, est un arbre très répandu dans l'Ouest américain, à tel point qu'on peut le considérer comme "L'arbre du Far West") bois mort et d'autres déchets de bois des forêts environnantes Prince George. En faisant cette annonce, Pacific BioEnergy président et chef de la direction, Don Steele a déclaré: «Ce nouveau partenariat avec GDF SUEZ apportera de nombreux avantages à Prince George et à renforcer la Colombie-Britannique en tant que chef de file mondial dans l'énergie de la biomasse avec l'un des principaux acteurs de l'énergie verte en Europe. Le leadership du premier ministre Gordon Campbell et le gouvernement pour soutenir la croissance et le développement du secteur de la bioénergie de la Colombie-Britannique a établi une base sur laquelle ils construisent des projets comme l'expansion de notre installation de Prince George ». Dirk Beeuwsaert, vice-président exécutif de GDF SUEZ, en charge de l'Énergie Europe & International a déclaré: «GDF SUEZ est très heureux de conclure ce nouveau partenariat avec Pacific BioEnergy Corporation. Notre utilisation de granulés de bois neutres en carbone de la Colombie-Britannique nous permet de réduire nos les émissions de CO 2 dans nos usines de production électrique, et pour atteindre les objectifs concernant les énergies renouvelables fixé par l'Union européenne. Ce nouveau partenariat assure que nous allons recevoir d'importantes quantités de granulés de bois neutres en carbone au cours de la prochaine décennie et nous soutiendrons notre position en chef de file mondial dans la production de biomasse à grande échelle ". À PROPOS DE PACIFIC BIOENERGY Corporation Pacific BioEnergy Corporation est un fabricant intégré de premier plan et fournisseur reconnu à l'échelle internationale de granulés de bois biomasse combustible à des acheteurs industriels dans le monde. La société est basée à Prince George, avec son siège social à Vancouver et des projets de développement dans Kitwanga et Nazko, Colombie-Britannique, et a accès à une des plus grandes sources d'approvisionnement en fibre dans le monde. Pacific BioEnergy a fourni, l'énergie verte et durable pour les maisons, les entreprises et les clients industriels depuis 1994. L'entreprise privée a commencé à exporter ses granulés de bois à de grandes compagnies européennes en 1998. Claude Havelange juillet 2014 37/42 À PROPOS GDF SUEZ L'un des principaux fournisseurs d'énergie dans le monde, GDF SUEZ est présent sur l'ensemble de la chaîne de valeur de l'énergie, en électricité et en gaz naturel, de l'amont à l'aval. Il développe ses métiers (énergie, services à l'énergie et environnement), une croissance responsable pour relever les grands défis: répondre aux besoins en énergie, assurer la sécurité d'approvisionnement, lutter contre les changements climatiques et optimiser l'utilisation des ressources. GDF SUEZ s'appuie sur un portefeuille d'approvisionnement diversifié ainsi que la souplesse et la production d'énergie de haute performance pour apporter des solutions énergétiques innovantes aux particuliers, aux villes et aux entreprises. Le groupe emploie 200 000 personnes dans le monde et a réalisé un chiffre de 83,1 G € (124,3 milliards $ CAN) en 2008. Pacific BioEnergy Corporation Kevin Brown Directeur des communications Veuillez noter que je n'ai jamais eu de retour concernant ce dossier de la part des Ministres cités. Sincères salutations.
Bonjour, Nos chers ministres se déplacent régulièrement à l'étranger pour y puiser l'inspiration. A quand une délégation en Mauritanie ? Énergies renouvelables : les pays en développement détrônent les pays riches Parmi les bons élèves on trouve la Chine, l’Inde ou encore le Brésil et même la Mauritanie. Point commun entre ces États : ils sont tous des pays en voie de développement (PVD). Une mention spéciale est attribuée à la Mauritanie. Ce petit pays africain de 3,89 millions d’habitants est celui qui, au monde, alloue la plus importante part de son PIB aux énergies renouvelables. “Pour la première fois dans l’histoire, les pays en développement ont investi davantage que les pays industrialisés dans les énergies renouvelables en 2015”, constatent les auteurs du rapport. Ils ont dépensé 155,9 milliards de dollars pour développer ces énergies propres, contre 130 milliards de dollars pour les États dits “riches”

La conférence de l’ONU s’est conclue samedi, en Pologne, sur le sentiment mitigé d’avoir sauvé le processus multilatéral mais sabordé les ambitions en termes de lutte contre le réchauffement.

Stéphanie est une gilet jaune de la première heure. Stéphane est un gilet rouge de la FGTB. Ensemble, ils ont participé à la journée nationale d'action pour la hausse de notre pouvoir d'achat et de nos pensions. Une journée encore plus colorée que d'habitude à Liège, comme dans de nombreux endroits du pays. Reportage en kaléidoscope.

Avec Groen et le sp.a, le PTB va à nouveau diriger pendant six ans le district anversois de Borgerhout. Ben Van Duppen devient échevin de la lutte contre la pauvreté, de la diversité, des seniors et du développement communautaire dans un collège qui veut continuer à développer les espaces verts, à renforcer la vie associative et offrir des activités sportives et culturelles accessibles à tous.

Certains ministres de droite ont encore une raison de ne pas bien dormir. Les résultats des premières élections sociales à la SNCB sont connus, et, contrairement à ce que les partis de droite espéraient, les deux grands syndicats sortent renforcés de cet évènement de démocratie sociale.

Macron a fait ce lundi 10 décembre un discours qui était censé rencontrer les attentes des gilets jaunes de France. Mais son discours est essentiellement un piège tendu aux gilets jaunes. Un piège dans lequel de très nombreux gilets jaunes ne sont pas tombés. Ils annoncent la poursuite du mouvement et « l’Acte V » de la mobilisation.

Après que la série documentaire Kinderen van de collaboratie (les enfants de la collaboration) a déchaîné les passions en Flandre, la chaîne Canvas de la VRT diffuse une deuxième série similaire, Kinderen van de kolonie (les enfants de la colonisation), consacrée à une autre période controversée de notre histoire, celle du Congo la sous colonisation belge. Nous avons rencontré l’un de ses réalisateurs, Geert Clerbout.

Eleanor « Lengua » De Guzman mène une lutte pour faire libérer deux prisonniers politiques qui lui sont chers : son père et son mari, tous deux été arrêtés début 2018. Nous l’avons rencontrée.
Solidaire, le magazine du PTB, a un nouveau rédacteur en chef : il s'agit de Michael Verbauwhede, aujourd'hui député au Parlement bruxellois pour le parti de gauche.

Bruxelles. La nuit du 22 août 2018. Après des années de harcèlement par la direction, Silvie, déléguée syndicale à la Mission locale d’Etterbeek, met fin à ses jours. Dix jours plus tard, 300 personnes lui rendent hommage lors d’un rassemblement. Un drame loin d’être isolé…

Le journaliste français, fondateur du site d’investigation Mediapart, a passé le week-end des 8 et 9 septembre à ManiFiesta. L’occasion pour Solidaire de le retrouver pour un tête-à-tête quelques heures après sa participation au débat sur « Le racisme, outil privilégié pour diviser les travailleurs ? ».