Ces postiers qui se battent pour remettre l’humain au centre

Photo Solidaire, Antonio Gomez Garcia
Photo Solidaire, Antonio Gomez Garcia

Ajouter un commentaire

You must have Javascript enabled to use this form.

Commentaires

Solidaire avec les postiers dont le travail est de plus en plus pénible. Je m'étonne tout de même de ne rien lire au sujet des services centraux : - tous les employés du call center sont menacés à court terme (remplacés par des applications) - tous les employés ict sont également menacés, remplacés par des indiens. et ça, tout le monde s'en moque complètement. Solidarité, je veux bien, mais ça serait bien que ça aille dans tous les sens :)
des milliers d’esclaves à la solde d'une poignée de parasites avide d'argent facile , mois personnellement j'attends des dizaines colis et je m'en fous , car je suis solidaire avec les postiers !! le soucis c'est une partie des gens vont trouvé leurs revendications justifiée, mais vont râler si leur courrier arrive trois jours aprés - cela s'appelle "l individualisme " !! de plus les pauvres vont avoir u ne surcharge de travail accumulé par les jours de gréves !! la majorité des colis je l'envois par l'étranger , car par principe je ne veux plus cautionner quand c'est possible le moindre cent à ces pourritures de bpost
Totale solidarité avec les postiers. Ne lâchez rien !
Solidaire à 200% avec les facteurs, mais il faudrait également parler des services centraux ou la situation est assez catastrophique également. Les indiens sont en train de prendre le contrôle de l'ensemble du département IT, avec la bénédiction du ministre de tutelle. Les agents des call center vont voir leurs effectifs diminuer de manière drastique. Les employés de cleaning vont bientôt être remerciée. Bref, tout va bien chez bpost
Entièrement solidaire avec les postiers et tenez bon le PTB et moi même vous soutiennent

Nora García Nieves a été l’une des initiatrices de la grève historique des femmes le 8 mars 2018 en Espagne. En septembre, elle était à ManiFiesta pour évoquer le succès de cette grève. Les femmes espagnoles inspirent toutes les autres, y compris en Belgique, pour faire du 8 mars une véritable journée de lutte pour les droits des femmes.

Pour dénoncer l'oppression et la discrimination des femmes, cinq millions d'Indiennes se sont mobilisées pour une action impressionnante dans l'État du Kerala. 

Ce 1er janvier, cela faisait exactement soixante ans que le régime du dictateur cubain Batista était renversé. Cette année, les Cubains ont célébré les 60 ans de la révolution dans un contexte particulier : Cuba s'apprête à adopter une nouvelle Constitution et tous les Cubains sont invités à s’exprimer.

Ce qui semblait impossible, les travailleurs des fast-food, de la santé, du nettoyage et les enseignants l’ont obtenu. Dans les États de Californie et de New York, le salaire minimum légal va doubler (!) et passera de 7,25 à 15 dollars.

Le soulèvement populaire au Soudan se poursuit depuis maintenant trois semaines. À l’origine des manifestations, une inflation de 70 % sur quelques mois et, surtout, un triplement du prix du pain. Mais la colère est plus large...

Voici un aperçu du contenu du numéro de janvier et février. En vous abonnant, vous recevrez non seulement ces articles plus vite, mais aurez également accès aux photos, dessins et à bien d'autres informations.
Roberto D’Amico a fait son entrée au conseil communal de Charleroi. Cet ancien de Caterpillar est en colère contre les politiques antisociales de sa Ville. « Et cette colère, je vais m’en servir de manière constructive au conseil. » Rencontre.
Après l’annonce des résultats des élections communales du 14 octobre, Fatima Ben Abbou n’en revenait pas : non seulement, le PTB obtenait six élus à Schaerbeek, mais en plus, avec 787 voix de préférence, elle était élue conseillère communale ! Une surprise pour cette gardienne de la paix de 51 ans au parcours atypique.
​« La Campine est si paisible », dit une chanson populaire. Mais, avec Wout Schafraet au conseil communal de Turnhout et la nouvelle venue Greet Daems à Geel, cela pourrait bien changer.

Les résultats des négociations menées dans la ville polonaise de Katowice sont maigres et décevants. Les choses auraient probablement été différentes si les quatre pays exportateurs de pétrole que sont l’Arabie saoudite, le Koweït, la Russie et les États-Unis ne les avaient pas sabotées, avec le soutien d’autres États au régime de droite comme les Philippines et le Brésil. La Belgique, prise en otage par une Flandre dominée par la N-VA, doit elle aussi plaider coupable.