Élection en France : qui incarne les aspirations « anti-système » des travailleurs ?

Ajouter un commentaire

You must have Javascript enabled to use this form.

Commentaires

Très belle synthèse de la politique française et de l'orientation politique des différents candidats se revendiquant de gauche.
Celui qui incarne la vraie gauche c'est sans conteste J.L. Mélenchon ,mais il a comme adversaire la presse française à la botte de quelques milliardaires et leurs suppôts . C'est le seul dans la campagne pour la présidentielle à avoir un programme d'avenir détaillé. C'est un tribun de haut vol il suffit de voir l'audience qu'il suscite pour ses passages à la TV et dans ses réunions (les salles archi combles). Pour ce qui est des sondages commandés par les groupes de presse le plus souvent de droite peut-on encore leur faire confiance ? C'est un homme intègre ,adversaire des combines et toutes compromissions avec le grand capital c'est pour cela qu'il a été un des premiers à quitter "la gôche" (P.S.de la rue de Solferino) Il est le seul à avoir un plan de relance industriel et écologique dirigé vers la mer
Moi ce que je ne comprends pas, c'est que pendant les réunions du PTB, on m'a bien fait comprendre que Mélenchon (je cite) "n'avait personne derrière lui". Aujourd'hui, il semblerait qu'après avoir de nouveau les grâces (et encore, ça me semble toujours un petit peu compliqué en interne) du PCF, le PTB voit de nouveau en lui un homme providentiel. Pourtant, ses idées n'ont pas changé....
Ce qui m'inquiète le plus (hormis les votes à droite ou extrême-droite, s'entend), c'est qu'il y a des comportements récurrents des populations face à des situations frustrantes. En France, le problème le plus nocif, c'est que depuis 30 ans, le désistement des électeurs au premier tour amène ceux qui veulent dur comme fer le changement que propose l'extrême-droite (les Le Pen) à porter leur candidat au second tour. Second tour qui sort de leurs bouderies les opposants à l'extrême-droite afin de lui barrer la route du pouvoir. C'est, je vais dire, "entré dans les mœurs". Tous ceux qui ont tenté d'endiguer ce phénomène ont échoué. Les Français, dans leur ensemble, ont mis en place, sans se concerter cette stratégie de vote qui n'en est pas une. Maintenant, qui peut dire comment se comporteront les adeptes du programme de Mélenchon au moment de voter, c'est une autre affaire. Je voulais quand même signaler que ce ne sont pas 66 millions de Français qui sont censés se rendre aux urnes. Les SDF pour la plupart obtiennent difficilement une carte d'électeurs car ils n'ont pas d'adresse postale. Les personnes condamnées à de la prison sont déchues à vie de leur droit de vote, et il y a aussi ceux qui s'y sont pris trop tard pour faire la demande d'une carte d'électeur, etc. Merci pour ce bel article bien détaillé.
Merci beaucoup pour ce résumé de la politique française. C ' est une brillante analyse.
La question n'est pas de savaoir qui a le meilleur programme mais de déterminer quelle stratégie il faut élaborer pour éviter que l'alternance souhaitée apparemment par les Français ne vire à droite. Or, il y a dans le programme d'Hamon et de Mélenchon de réelles propositions neuves d'avancées sociales, politiques, qui pourraient constituer enfin une alternative progressiste crédible face à une droite de plus en plus droitière, tant sur le plan économique que sur le plan sociétal. Le temps est venu de se rassembler autour d'un projet qui redonne du sens à la vie de nombreux citoyens qui souffrent de la crise.
Dans votre article je lis : "Pendant les mobilisations contre la loi Travail, les « frondeurs », ces députés socialistes qu’incarne aujourd’hui Hamon, avaient sans cesse privilégié les débats parlementaires au détriment du développement de l’énorme mouvement populaire. Et alors, la France est encore en démocratie à ce que je sache, il est tout à fait normal d'en discuter au parlement avant tout !!! De plus, sa compagne est la secrétaire générale du groupe de luxe LVMH (Bernard Arnault), ce qui pose question sur le train de vie réel du couple.. Et alors, c'est la jalousie qui vous fait parler, je ne vois vraiment pas où est le mal si cette femme a fait des études, est compétente et gagne bien sa vie. Il faudrait pour vous qu'elle aille au turbin comme ouvrière et gagner le SMIG ! Merde alors. Si vous continuez à sortir des conneries pareilles, les gens réfléchis, il n'y en a malheureusement pas beaucoup, vont se désolidariser du PTB . De toute façon, Mélenchon ne passera pas le 1er tour, car trop à gauche; de plus, il est trop imbus de sa personne.que pour s'allier avec Hamon.

Ils étaient 4.000 dans les rues de Düsseldorf ce 20 juin pour crier leur colère et parfois leur désespoir devant le Parlement régional où se réunissaient les ministres de la Santé des Länder allemands. Le groupe de base « soins de santé » du PTB Liège était présent.

Et si au lieu de crier après Eden, Cristiano ou Lionel, nous encouragions Helen, Nadia ou Rose ? Durant quelques années, des ouvrières britanniques ont défié la domination masculine. Retour sur cette (trop) brève période.

Trèves, la ville où Karl Marx est né en 1818 et où il passé sa jeunesse, présente deux grandes expositions, 300 événements et plusieurs guides pour des promenades Marx. L’époque de Marx, sa famille, son environnement, la situation des villes où il a séjourné, les révolutions qu’il a vécues..., tout y est évoqué de manière remarquable.

La CGSP Cheminots a déposé un préavis de grève les 29 et 30 juin. Un coup de tonnerre dans un ciel bleu ? Pas vraiment. Hausse de productivité, carrières rallongées, austérité... les mesures de la direction et du gouvernement détériorent les conditions de travail. Sans compter les carrières rallongées pour des pensions plus basses. La grève annoncée est un mouvement pour la sécurité des usagers et pour des trains à l'heure.
Le Vice-Premier ministre libéral Alexander De Croo évoque une privatisation des entreprises publiques, en particulier de la SNCB. « Alors que les défis de mobilité et de climat n’ont jamais été aussi urgents, le ministre De Croo lance la plus mauvaise piste qui soit pour les résoudre », réagit Michael Verbauwhede, spécialiste chemins de fer du PTB. Qui plaide pour plus de participation des usagers, pas du privé.

Si le mensonge et la tromperie étaient punissables, plusieurs parlementaires ou ministres libéraux auraient bien des problèmes avec la justice. La présidente des libéraux flamands de l'Open VLD, Gwendolyn Rutten, serait certainement même en prison. « Personne ne perdra rien de sa pension », avait-elle affirmé fin 2017 dans la presse. Et même : « Celui qui travaillera plus longtemps touchera plus de pension. » Rien n'est moins vrai.

Le 25 mai dernier, une nouvelle réglementation européenne concernant la protection de la vie privée entrait en vigueur. La « General Data Protection Regulation » - mieux connue sous son sigle, GDPR - est une loi européenne qui, officiellement, octroie plus de droits aux citoyens. Une bonne nouvelle ?
« Enfin ! » C’était le sentiment de nombreux Espagnols quand le Parlement a voté la destitution du Premier ministre Mariano Rajoy. Les livres d’histoire se rappelleront des années Rajoy comme celles de l’austérité sauvage. L’allié de toujours de Merkel et de la Commission européenne. Mais où va l’Espagne maintenant ?
Le 6 juin, les fonctionnaires des ministères fédéraux (gardiens de prisons, agents du fisc, etc.) seront en grève pour dénoncer les nouvelles attaques attaques du gouvernement contre toute une série de leurs droits rassemblés dans ce qu’on appelle « le statut ». Mais cette politique n’est pas une spécialité belge. Il s’agit d’une stratégie de l’Union européenne pour casser les services publics et les droits des salariés du secteurs publics.
280 000 personnes dans tout l'hexagone. 80 000 rien qu'à Paris. La « Marée populaire » organisée par une cinquantaine d'organisations associatives, syndicales et politiques dans plus de 80 villes était un succès, ce samedi 26 mai. Des militants du PTB ont répondu présent dans la capitale française. A la grande joie des manifestants locaux.