Il est encore possible de sauver les emplois de Caterpillar : voici pourquoi

Photo Solidaire, Salim Hellalet
Photo Solidaire, Salim Hellalet

Ajouter un commentaire

You must have Javascript enabled to use this form.

Commentaires

l'Union sacrée quelle supercherie, quand ON veux mettre une multinationales capitaliste comme caterpillar au Pat ON vas avec une volonté de gagnant, mais îci j'entends une reconversion dans d'autres secteurs d'activité pour une partie de travailleurs et les autres !? En somme c'est une fatalité, ON ne sais plus rien faire d'après les partis politiques traditionnelle ! Enfin l'avenir nous en prendrait peut-être un peu plus...??
je pense pas je travaille depuis dix ans cat et les americaine ne fait jamais marche arrière , je voudrais au mois les politicien fait un cadeaux au ouvrier c est la taxation
Tout à fait d'accord avec vous, mais ON ne peut les laisser sans sortir comme ça, ça serait bien trop facile ! Les politiques et également l'Europe ON un travail important à fournir pour empêcher où réduire les délocalisation, car c'est dès familles entières qui ce retrouve dans de grandes difficultés, justement à cause de multinationales capitaliste comme caterpillar est d'autres aussi ! Moi je n'accepterai jamais , que les travailleurs soit pris comme une simple marchandise, quand ON en à besoin, alors la tout vas pour le mieux, mais dans le cas contraire ON jette dès milliers de travailleurs et leurs familles dans la précarité ! C'est inacceptable nous ne sommes plus au moyens âge !!!
Pour ce qui est d'une contre-publicité, nos parlementaires le font très bien. Ce qu'il faut arriver à faire, c'est à faire craquer la paralysie de la politique du chouchoutage. Mettre le gouvernement face aux résultats de son manque de politique qui est désastreux. Mais en tout cas, à tous les niveaux, il faut se montrer car ce qu'il se passe avec ces gens est monstrueux !
Je continue à vous dire que je n'arrive pas à lire vos articles var la taille des caractères est trop petite et lorsqu'on veut agrandir sur une tablette (en utilisant ses doigts) ça larche pas. Je suis abonnée à votre newsletter mais je n'arrive pas à lire vos articles! C'est très dommage pour moi. Salutations!!

À la veille du 8 mars, la féministe belge Monika Triest publiait un livre sur l’histoire du féminisme en Belgique. Elle y évoque d’importantes figures du féminisme belge, montre comment les femmes sont à la base du changement dans la société et comment la résistance les unit. Rencontre.

Les entreprises tirent la sonnette d'alarme. Selon leurs dires, elles auraient des tas de postes vacants pour lesquels elles ne trouvent personne. Pour Sacha Dierckx, docteur en sciences politiques et membre du centre d'études progressiste Minerva, ce sont des balivernes : « Si ces entreprises offraient un bon salaire, elles trouveraient des gens désireux de travailler chez elles. » 

Lorsque, le 11 février 1990, âgé de 72 ans, Nelson Mandela quittait la prison de Robben Island, il était devenu une légende mondiale. L’homme qui a croupi 27 années en prison, dont 18 ans avec ses camarades dans l’isolement complet, était devenu le symbole de la lutte contre l’apartheid, tant en Afrique du Sud que dans le monde entier. Retour sur la vie d’un homme d’exception.

Jean-Pascal van Ypersele est une sommité mondiale en tant que climatologue. Dans son livre Une vie au cœur des turbulences climatiques, il formule des réponses claires aux questions cruciales dans ce domaine et explique ce qui se passe dans et en marge des grandes conférences internationales. Il sera le 8 septembre à ManiFiesta.

Donald Trump a obtenu ce qu’il voulait au Sommet de l’OTAN : les alliés européens de l’Otan vont augmenter leurs dépenses militaires plus vite et plus que prévu. Les dirigeants européens peuvent bien faire semblant d’être insensibles aux pressions du président des États-Unis, les faits sont là : ils ont bel et bien réaffirmé leur loyauté envers l’Otan et les États-Unis. Pour le PTB, il faut clairement refuser cette voie et œuvrer à une politique de paix.

Vendre la ville au plus offrant, quitte à couler des espaces verts dans du béton. C’est une réalité que l’on retrouve dans la plupart des villes du pays. L’exemple par Liège.

John Beugnies, 50 ans, est employé dans une PME. L’élu communal montois du PTB, père de deux enfants et «  jeune papy depuis trois mois », côtoie la pauvreté quotidiennement.

La mobilité urbaine est l’un des principaux défis de l’avenir. Viabilité, santé et sécurité requièrent des mesures efficaces.

Le logement est un thème qui revient partout dans les enquêtes du PTB, qu’elles viennent de Flandres, Bruxelles ou Wallonie. Dans la Ville de Bruxelles aussi, donc.

Le 14 octobre 2018, le PTB souhaite avancer dans 33 communes du Nord et du Sud du pays afin d’y obtenir des élus qui seront autant de porte-voix des luttes qui se mènent dans les quartiers et qui défendront une ville à la mesure des gens.