La lutte contre l’État islamique (EI) : pourquoi la guerre n’est pas la solution

Ajouter un commentaire

You must have Javascript enabled to use this form.

Commentaires

Il y a une chose de sûre, c’est que comme dit le texte, les bombes n’ont jamais constitué une solution en soi à des problèmes qui sont de nature politique, économique et historique. Ne rien faire face à ces criminels n’est pas une solution non plus. Malheureusement les bombes constituent souvent les graines que l’on sème pour d’autres conflits dans le futur. L’idéal aurait été que les pays de la région s’entendent entre eux et au-delà des clivages confessionnels pour réduire à néant les extrémistes, sans intervention occidentale (toujours suspecte, en particulier dans cette région). Mais cela leur demanderait trop de travail et d’efforts. Et en plus, ils n’ont aucune légitimité pour le faire aux yeux de leur peuple : la plupart sinon la totalité étant des régimes dictatoriaux et/ou autoritaires. Par-dessus, les Saoudiens, les pays du Golfe et les Iraniens – mais surtout les Saoudiens – demeurent figés dans une logique sectaire du paradigme « Sunnites vs Chiites ». Et tant que leurs relations étrangères seront dictées par cette logique sectaire, rien ne sortira de bon de cette région. Les identités des individus qui ont vécu des siècles ensemble sont aujourd’hui instrumentalisées par un petit nombre pour faire d’une majorité d’individus des ennemis les uns des autres. Le comble du paradoxe aujourd’hui avec cette coalition qui s’apparente à un jeu de dupes entre vieilles puissances obnubilées par des années de politiques erronées, que l’on veut aujourd’hui corriger par une nouvelle et soudaine opération militaire aux limites incertaines, est – comme le rappelle le journal El Pais – que les principaux ennemis véritables de Daech, à savoir les Iraniens et Syriens, sont complètement mis hors-jeu alors que des pays « amis » de longue date, ou plutôt faux amis de longue date, qui ont contribué à l’essor et au financement de ces groupes extrémistes dans la région, comme le Qatar ou l’Arabie Saoudite (dont l’idéologie wahhabie est la source principale d’inspiration de ces groupes radicaux de Bruxelles à Karachi) se retrouvent sur les belles photos de Paris et de la « coalition de volontaires » censée détruire un monstre qu’ils ont aidé à créer mais qui, aujourd’hui – et ils s’en rendent compte un peu tard – menace de se retourner contre eux.
Malheureusement, (et comme d'habitude) vous manipulez les faits pour servir votre vision pré-établie. Ainsi l'opposition modéré est la seul force qui a déclarée la guerre à l'EI depuis aussi longtemps (janvier). Ils l'ont ainsi chassé de plusieurs régions de Syrie. Pendant ce temps le régime Assad n'a engagé aucune confrontation directe avec les djiadistes laissant leur QG de Raqqa à l'abri de toute frappe pendant que les zones tenues par les rebelles recevaient quotidiennement des barils d'explosifs sur la tête. Le prétendu "accord" entre la FSA et l'EI annoncé il y a deux jours concernait juste un quartier de la banlieu de damas ou l'EI est pour ainsi dire inexistant (rendant de ce fait l’information suspecte) et cet accord a depuis été démenti par les deux partis en présences. S'appuyer la dessus comme vous le faites dans votre article est vraiment manipulatoire. Par ailleurs même si on oubliait toutes les contre-vérités que vous édictez (je n'en ai évoqué que qqunes), votre raisonnement n'est pas cohérent avec lui même, ainsi vous dites : "A-t-on d’ailleurs réfléchi que les sunnites en Irak pourraient percevoir notre intervention militaire comme un soutien aux chiites ou aux Kurdes ? Et que, de la sorte, elle pourrait élargir encore le fossé entre ces groupes ?" (ce que à quoi je souscris entièrement) mais plus loin vous affirmez " Les adversaires de l’EI comme la Syrie, l’Iran ou le Hezbollah sont tenus à l’écart de ce partenariat. C’est une erreur. Les questions régionales méritent une solution régionale" cela ne vous est pas venu à l'esprit que les Syriens qui se font massacrer par les milices du hezbollah, par le régime et par les milices chiites irakiennes pourraient aussi définitivement tenir en haine l'occident qui pactise avec ses meurtriers? Bref, le PTB aurait vraiment intérêt à moderniser son image au niveau de ses opinions à l’international comme elle l'a fait pour le national. Car actuellement ça fait juste peur.
Contre Daesh, il ne s'agit en aucun cas d'une "guerre" mais de l'arrestation de hordes de voyous qui terrorisent les populations. Il n'y a RIEN de commun avec les interventions intempestives en Irak, Afghanistan ou Libye !! Faudra-t-il que nos enfants ou les vôtres se fassent tuer à Bruxelles, Liège, Anvers ou ailleurs avant qu'une intervention au sol soit décidée, une réaction de la civilisation contre la barbarie ? N'est-il pas cynique de laisser le peuple kurde affronter seul des hordes mieux armées que lui pour tenter de défendre leur dignité et la sécurité des occidentaux ?

Ils étaient 4.000 dans les rues de Düsseldorf ce 20 juin pour crier leur colère et parfois leur désespoir devant le Parlement régional où se réunissaient les ministres de la Santé des Länder allemands. Le groupe de base « soins de santé » du PTB Liège était présent.

Et si au lieu de crier après Eden, Cristiano ou Lionel, nous encouragions Helen, Nadia ou Rose ? Durant quelques années, des ouvrières britanniques ont défié la domination masculine. Retour sur cette (trop) brève période.

Trèves, la ville où Karl Marx est né en 1818 et où il passé sa jeunesse, présente deux grandes expositions, 300 événements et plusieurs guides pour des promenades Marx. L’époque de Marx, sa famille, son environnement, la situation des villes où il a séjourné, les révolutions qu’il a vécues..., tout y est évoqué de manière remarquable.

La CGSP Cheminots a déposé un préavis de grève les 29 et 30 juin. Un coup de tonnerre dans un ciel bleu ? Pas vraiment. Hausse de productivité, carrières rallongées, austérité... les mesures de la direction et du gouvernement détériorent les conditions de travail. Sans compter les carrières rallongées pour des pensions plus basses. La grève annoncée est un mouvement pour la sécurité des usagers et pour des trains à l'heure.
Le Vice-Premier ministre libéral Alexander De Croo évoque une privatisation des entreprises publiques, en particulier de la SNCB. « Alors que les défis de mobilité et de climat n’ont jamais été aussi urgents, le ministre De Croo lance la plus mauvaise piste qui soit pour les résoudre », réagit Michael Verbauwhede, spécialiste chemins de fer du PTB. Qui plaide pour plus de participation des usagers, pas du privé.

Si le mensonge et la tromperie étaient punissables, plusieurs parlementaires ou ministres libéraux auraient bien des problèmes avec la justice. La présidente des libéraux flamands de l'Open VLD, Gwendolyn Rutten, serait certainement même en prison. « Personne ne perdra rien de sa pension », avait-elle affirmé fin 2017 dans la presse. Et même : « Celui qui travaillera plus longtemps touchera plus de pension. » Rien n'est moins vrai.

Le 25 mai dernier, une nouvelle réglementation européenne concernant la protection de la vie privée entrait en vigueur. La « General Data Protection Regulation » - mieux connue sous son sigle, GDPR - est une loi européenne qui, officiellement, octroie plus de droits aux citoyens. Une bonne nouvelle ?
« Enfin ! » C’était le sentiment de nombreux Espagnols quand le Parlement a voté la destitution du Premier ministre Mariano Rajoy. Les livres d’histoire se rappelleront des années Rajoy comme celles de l’austérité sauvage. L’allié de toujours de Merkel et de la Commission européenne. Mais où va l’Espagne maintenant ?
Le 6 juin, les fonctionnaires des ministères fédéraux (gardiens de prisons, agents du fisc, etc.) seront en grève pour dénoncer les nouvelles attaques attaques du gouvernement contre toute une série de leurs droits rassemblés dans ce qu’on appelle « le statut ». Mais cette politique n’est pas une spécialité belge. Il s’agit d’une stratégie de l’Union européenne pour casser les services publics et les droits des salariés du secteurs publics.
280 000 personnes dans tout l'hexagone. 80 000 rien qu'à Paris. La « Marée populaire » organisée par une cinquantaine d'organisations associatives, syndicales et politiques dans plus de 80 villes était un succès, ce samedi 26 mai. Des militants du PTB ont répondu présent dans la capitale française. A la grande joie des manifestants locaux.