Manifestations au Maroc : « Nous avons deux mers et du phosphate, mais nous vivons dans la misère »

Le 24 juin, une manifestation de soutien au mouvement marocain a eu lieu à Bruxelles. (Photo Mohamed Aadel)
Le 24 juin, une manifestation de soutien au mouvement marocain a eu lieu à Bruxelles. (Photo Mohamed Aadel)

Ajouter un commentaire

You must have Javascript enabled to use this form.

Commentaires

Je lis dans votre échange de presse, que vous nous indiquer que partout dans le Maroc il y a des protestations qui s'unissent par les même slogans ou et objectifs. Je peux vous dire que ni a Marrakech, ni a Agadir, Ni a Tiznit, ou dans le Souss Massa Dra, nous voyons des manifestations de soutient au RIF du Nord. J'aurai bien aimer que cela se fasse, que cela se passe, de façon a avoir une seule et même force unificatrice de tout les marocains. Mais voila, de part sa nature le marocain est individualiste, se souciant peux de l'autre, il faudra encore des décennies pour que les citoyens comprennent que c'est ensemble, d'une même voix, d'une même force, qu'ils aboutiront aux objectifs de progrès pour leur bien être et ceux de leur familles.
Je fais le lien avec le mouvement flamand en Belgique. A BXL, comme en Wallonie, on dit "C'est tôdi les p'tits qu'on spôtche", ce qui signifie "C'est toujours les petits que l'on écrase". Or je sais, après avoir rencontré des sans-abri heureux, à BXL, qu'avant de mourir, les petits se lèvent, ce qui les grandit, eux, mais aussi l'humanité.
Yuksel Kalaz travaille depuis 25 ans à IVAGO, intercommunale gantoise de déchets. Dans le numéro de Mai dernier, Solidaire l’avait longuement interviewé. Rencontre avec un délégué syndical qui va faire son entrée au conseil communal de Gand.

Le reportage de l'émission Pano de la VRT sur Schild & Vrienden a secoué la Belgique. Dans ce long article, nous tentons d'expliquer l'origine du phénomène Schild & Vrienden, depuis ses liens avec l'alt-right américaine jusqu'aux traditions de la droite nationaliste du mouvement flamand.

Le festival de films « Alimenterre » de l’ong SOS Faim fête ses dix ans. Du 10 au 25 octobre, d’Arlon à Bruxelles, en passant par Liège ou Namur, des documentaires sur « les luttes paysannes, accaparement de terres, élevage et environnement, industrie du lait et de la tomate » sont au programme.

En octobre, Walter Joos (49 ans), collaborateur logistique et délégué syndical à Agfa Gevaert, renforcera la liste du PTB à Duffel : « Les élections, c’est une bataille d’idées, une bataille à mener chaque jour. »

Yves Lambot, secrétaire permanent du syndicat des employés CNE à Charleroi, s’engage depuis des années pour le personnel de Ryanair. Nous l’avons rencontré le 9 août, la veille d’une grève qui allait secouer l’entreprise dans toute l’Europe pour la deuxième fois cet été. Il aurait dû être en vacances… « Mais c’est un combat si important ! »

Le mardi 22 septembre 1998, il y a tout juste 20 ans. Semira Adamu, une jeune fille nigérienne de 20 ans, meurt, étouffée par des gendarmes au moment de son rapatriement forcé.

Ali Guissé a été porte-parole des travailleurs sans-papiers, éducateur, animateur radio, conducteur de bus à la STIB. Et il se présente à Bruxelles sur la liste du PTB. Une constante dans son parcours ? « Là où il n’y a pas de lutte, il n’y a pas de progrès. »

Rosa Terranova travaille comme femme de ménage et est tête de liste à Saint--Nicolas. C’est la première fois que le PTB présente une liste dans cette commune liégeoise. Un véritable défi. Mais la responsable est prête à faire entendre une autre voix au conseil communal. Portrait.

En 2015, la ministre de la Santé publique Maggie De Block concluait un pacte avec l’industrie pharmaceutique. Celui-ci devait permettre au patient l’accès aux thérapies les plus innovantes. Trois ans plus tard, on voit comment la politique de De Block accorde à l’industrie pharmaceutique toute licence pour piller la sécurité sociale.

Beaucoup sont en colère contre la politique des partis traditionnels. Le PP, le Parti Populaire, prétend défendre les intérêts du peuple. Pourtant, en regardant de plus près son programme et les votes au Parlement, on constate : le PP nous trompe sur sa vraie nature. 7 faits qu'il faut absolument savoir sur le PP.