Nouvelle autoroute en Wallonie : une mauvaise nouvelle pour l'environnement et... la mobilité de la région

La région de Charleroi a longtemps souffert de la pollution industrielle, le projet du Trident Light sera un pas en arrière important pour la pollution de l’air de la région. (Photo Solidaire, Salim Hellalet)
La région de Charleroi a longtemps souffert de la pollution industrielle, le projet du Trident Light sera un pas en arrière important pour la pollution de l’air de la région. (Photo Solidaire, Salim Hellalet)

Ajouter un commentaire

You must have Javascript enabled to use this form.

Commentaires

oué, c est bien madame mercks mais pour empecher sa construction fallait ptet s'y interresser avant qu'elle ne soit à trois quart entamée... quand le probleme ne concernait que les ploucs des bois et pas les quatres facades du sud-carolo.... certes moins porteurs electoralement mais premierrs touchés... Quand aux irréductibles couvinois, transformés en sujets revolutionnaires et écolos, ainsi essentialisés par un tournaisien dans son film idéologique , actuellement ils deploient leur rage contre les opposants a l'autoroute et contre la venue de refugiés... donc ne comptez pas trop là dessus.
Mdame Merkx, bonjour le projet date des années70!! deja en 76 sur les cartes Michelin des pointillés indiquait la continuation du R3 via marcinelle , Jamioulx Nalinnes tarciennes Il faut etre réaliste l autoroute Marseille Rotterdam est une obligation européenne! de plus je vous invite a passer la frontiere au bruly et voir les travaux en France!! vous aurez vite compris que ce n est pas du trafic local! cependant je suis contre le trident car si vous allez sur la N5 vers 06h00 vous pourrez apercevoir que les bouchons ce forment déja a Somzée!! et lorsque les travaux seront fini en france le trafic camions va augmenter fortement Il y a quelques année un projet avait vu le jour avec une autoroute qui prenait ca source a somzée pour rejoindre le R3!!le projet me semblait tenir le cap: beaucoups de terres agricoles, peu de maisons, peu d expropriations!! a mon idée il faudrait meme faire débuter cette autoroute avant Somzée car il faut avoir une politique a long terme!! j insiste , en France c est une vraie autoroute qu ils construisent!!! donc imaginez vous le futur trafic!! Bien a vous pol urmetz et le contournement de Couvin qui va devenir une réalité! Le ferroutage il ne faut pas rever!! aucun équipement en belgique!!
1 : A voir absolument pour trouver des solutions qui tiennent compte aussi des habitants, de la faune et la flore : LE FILM DEMAIN. 2 : Comment font les suisses, on ne voit pas chez eux les autoroutes qui traversent les villages...pourtant le relief est bien plus compliqué avec les montagnes... 3 : Les nombreux habitants qui profitent du bois font des économies pour l' inami : bonne santé physique et mentale,... 4 : On construit encore et encore des routes (ds un si petit pays), il y aura des voitures et encore des voitures ! Alors jusqu' où on s' arrêtera ? Après combien d' inondations?
Tous le monde peut se promener ou courir dans les bois de Loverval. Ce n'est pas réservé aux bobos. C'est un des derniers endroits où tout le monde peut aller s'oxygéner , se ressourcer gratuitement à proximité de Charleroi.

Les entreprises tirent la sonnette d'alarme. Selon leurs dires, elles auraient des tas de postes vacants pour lesquels elles ne trouvent personne. Pour Sacha Dierckx, docteur en sciences politiques et membre du centre d'études progressiste Minerva, ce sont des balivernes : « Si ces entreprises offraient un bon salaire, elles trouveraient des gens désireux de travailler chez elles. » 

Lorsque, le 11 février 1990, âgé de 72 ans, Nelson Mandela quittait la prison de Robben Island, il était devenu une légende mondiale. L’homme qui a croupi 27 années en prison, dont 18 ans avec ses camarades dans l’isolement complet, était devenu le symbole de la lutte contre l’apartheid, tant en Afrique du Sud que dans le monde entier. Retour sur la vie d’un homme d’exception.

Jean-Pascal van Ypersele est une sommité mondiale en tant que climatologue. Dans son livre Une vie au cœur des turbulences climatiques, il formule des réponses claires aux questions cruciales dans ce domaine et explique ce qui se passe dans et en marge des grandes conférences internationales. Il sera le 8 septembre à ManiFiesta.

Donald Trump a obtenu ce qu’il voulait au Sommet de l’OTAN : les alliés européens de l’Otan vont augmenter leurs dépenses militaires plus vite et plus que prévu. Les dirigeants européens peuvent bien faire semblant d’être insensibles aux pressions du président des États-Unis, les faits sont là : ils ont bel et bien réaffirmé leur loyauté envers l’Otan et les États-Unis. Pour le PTB, il faut clairement refuser cette voie et œuvrer à une politique de paix.

Vendre la ville au plus offrant, quitte à couler des espaces verts dans du béton. C’est une réalité que l’on retrouve dans la plupart des villes du pays. L’exemple par Liège.

John Beugnies, 50 ans, est employé dans une PME. L’élu communal montois du PTB, père de deux enfants et «  jeune papy depuis trois mois », côtoie la pauvreté quotidiennement.

La mobilité urbaine est l’un des principaux défis de l’avenir. Viabilité, santé et sécurité requièrent des mesures efficaces.

Le logement est un thème qui revient partout dans les enquêtes du PTB, qu’elles viennent de Flandres, Bruxelles ou Wallonie. Dans la Ville de Bruxelles aussi, donc.

Le 14 octobre 2018, le PTB souhaite avancer dans 33 communes du Nord et du Sud du pays afin d’y obtenir des élus qui seront autant de porte-voix des luttes qui se mènent dans les quartiers et qui défendront une ville à la mesure des gens.

Seun Kuti & Egypt 80 sera en septembre à ManiFiesta pour y faire entendre leur afrobeat au message politique puissant  : «  La lutte des classes est la plus importante. »