« Prenez-vous-en à ce qui provoque la maladie, pas aux travailleurs malades »

Ajouter un commentaire

You must have Javascript enabled to use this form.

Commentaires

Voici, une carte blanche que j ai rédigée et qui a été publiée dans le vif, il y a quelques mois: Se retrouver dans une salle commune, à l hôpital, au service d oncologie et rencontrer des patients à différents stades de la maladie . Une dame âgée, souriante, attend patiemment que sa perfusion se termine, somnolant de temps à autre. Un monsieur apeuré, désorienté, vient pour la première fois suivre une séance de chimiothérapie, se faire transfuser, écoutant attentivement l'infirmière lui expliquer le procédé, ainsi que l'énumération des effets secondaires. Il y aussi, cette dame habituée (si je peux dire), restant coquette avec son foulard camouflant la chute de cheveux, cette dame qui me fixe du regard et qui me trouble. Des allées et venues incessantes de patients attendant leur tour. La salle est comble... Finalement, je me dis que je ne dois pas me lamenter, rester forte, face à l'injustice de la vie. Mais j'en veux néanmoins à ceux qui ajoutent à cette situation une injustice sociale qui se marque à travers notre système de santé. Je me dis que les coupes dans les soins de santé imposés par ce gouvernement n'amélioreront certainement pas le quotidien de ceux qui sont touchés par la maladie et qui se battent pour en sortir. Est-ce bien au gouvernement de fixer le prix d'une vie. De quel droit ? Cela se traduit déjà par des traitements qui ne sont plus remboursés ou des examens étrangement espacés dans le temps, avec toutes les conséquences que cela peut engendrer lorsque des contrôles réguliers sont nécessaires. Des examens qui coûtent cher probablement. Mais est-ce bien au gouvernement de fixer le prix d'une vie. De quel droit ? Et que dire de cette nouvelle mesure du gouvernement qui s'attaque encore une fois aux plus faibles en voulant remettre les personnes en incapacité au travail après deux mois ; si le travailleur ne coopère pas, il se verra sanctionner financièrement. Nous sommes déjà face à un système de soins de santé à 2 vitesses. Nous savons tous qu'être malade coûte cher aux patients. Sauf apparemment ces quelques ministres qui gèrent de façon comptable ce qui devrait être cette solidarité sociale à laquelle nous avons tous droit. J'invite ce gouvernement, avec Maggie De Block en tête, à venir s'asseoir sur mon fauteuil, à regarder ce triste tableau et se rendre compte de la dure réalité ; celle que vivent ces patients essayant de garder le moral malgré tout. Dès lors, que l'on ne se trompe pas de cible. Ce n'est pas sanctionner les malades qu'il faut faire, ni faire des économies sur les soins de santé, mais au contraire les renforcer. Replacer l'humain au centre du système, plutôt que continuer à déshumaniser... A l'heure où le mot démocratie ne veut plus dire grand-chose, nos gouvernements feraient bien de revenir aux fondamentaux, en garantissant à tout le moins que chacun ait droit à un niveau de vie suffisant pour assurer son bien-être, sa santé, ainsi que le droit à la sécurité en cas d'invalidité ou de maladie !
On est déjà loin. L'idée circule et c'est déjà trop car pendant ce temps les textes sanctionnent. Des personnes renoncent à se faire soigner faute de moyens (dans un pays riche ou tout le monde cotise, chômeurs y compris). Quand on a de gros problèmes de santé et que l'on ne peut espérer se faire soigner, la maladie s'exprime d'une autre manière, la déprime, le découragement, le recours à se laisser aller. Bien d'autres choses encore. L'analyse de Dirk Van Duppen montre avec précision comment progressivement le volet "maladie" et respect de la personne est en train de passer subrepticement aux mains des entreprises. Pourrons-nous survivre à cela ? J'en doute. De la fin du XIXe siècle et jusqu'à l'acquisition du droit à la médecine pour tous, c'étaient les plus résistants qui survivaient et plus encore dans les classes pauvres. C'est-à-dire que dans un couple, sur 10 voire plus de naissances, deux ou trois enfants survivaient quand ce n'était pas la mère qui y laissait sa vie. Nous n'en sommes plus là et pourtant la politique du gouvernement va bel et bien dans le sens de renouer avec ces époques que nous croyions révolues grâce à un système de santé solidaire et pour tous. Il est honteux et morbide d'avancer pareilles idées : contraindre un malade à retourner au travail ! Les prestations de psychiatres progressistes gratuites pour assurer un suivi pertinent de la santé mentale de nos ministres serait une mesure pertinente qui devrait être reconnue d'utilité publique !

Trèves, la ville où Karl Marx est né en 1818 et où il passé sa jeunesse, présente deux grandes expositions, 300 événements et plusieurs guides pour des promenades Marx. L’époque de Marx, sa famille, son environnement, la situation des villes où il a séjourné, les révolutions qu’il a vécues..., tout y est évoqué de manière remarquable.

La CGSP Cheminots a déposé un préavis de grève les 29 et 30 juin. Un coup de tonnerre dans un ciel bleu ? Pas vraiment. Hausse de productivité, carrières rallongées, austérité... les mesures de la direction et du gouvernement détériorent les conditions de travail. Sans compter les carrières rallongées pour des pensions plus basses. La grève annoncée est un mouvement pour la sécurité des usagers et pour des trains à l'heure.
Le Vice-Premier ministre libéral Alexander De Croo évoque une privatisation des entreprises publiques, en particulier de la SNCB. « Alors que les défis de mobilité et de climat n’ont jamais été aussi urgents, le ministre De Croo lance la plus mauvaise piste qui soit pour les résoudre », réagit Michael Verbauwhede, spécialiste chemins de fer du PTB. Qui plaide pour plus de participation des usagers, pas du privé.

Si le mensonge et la tromperie étaient punissables, plusieurs parlementaires ou ministres libéraux auraient bien des problèmes avec la justice. La présidente des libéraux flamands de l'Open VLD, Gwendolyn Rutten, serait certainement même en prison. « Personne ne perdra rien de sa pension », avait-elle affirmé fin 2017 dans la presse. Et même : « Celui qui travaillera plus longtemps touchera plus de pension. » Rien n'est moins vrai.

Le 25 mai dernier, une nouvelle réglementation européenne concernant la protection de la vie privée entrait en vigueur. La « General Data Protection Regulation » - mieux connue sous son sigle, GDPR - est une loi européenne qui, officiellement, octroie plus de droits aux citoyens. Une bonne nouvelle ?
« Enfin ! » C’était le sentiment de nombreux Espagnols quand le Parlement a voté la destitution du Premier ministre Mariano Rajoy. Les livres d’histoire se rappelleront des années Rajoy comme celles de l’austérité sauvage. L’allié de toujours de Merkel et de la Commission européenne. Mais où va l’Espagne maintenant ?
Le 6 juin, les fonctionnaires des ministères fédéraux (gardiens de prisons, agents du fisc, etc.) seront en grève pour dénoncer les nouvelles attaques attaques du gouvernement contre toute une série de leurs droits rassemblés dans ce qu’on appelle « le statut ». Mais cette politique n’est pas une spécialité belge. Il s’agit d’une stratégie de l’Union européenne pour casser les services publics et les droits des salariés du secteurs publics.
280 000 personnes dans tout l'hexagone. 80 000 rien qu'à Paris. La « Marée populaire » organisée par une cinquantaine d'organisations associatives, syndicales et politiques dans plus de 80 villes était un succès, ce samedi 26 mai. Des militants du PTB ont répondu présent dans la capitale française. A la grande joie des manifestants locaux.
Ce vendredi, la population irlandaise était appelée à se prononcer par referendum pour ouvrir la porte à un assouplissement de la législation sur l'avortement. Le PTB soutient les femmes et les hommes qui, en Irlande, se battent pour défendre les droits des femmes. D’ailleurs, en Belgique aussi, le combat continue.

L’Italie a presque un nouveau gouvernement. Cette alliance entre populistes du Mouvement 5 Étoiles et extrême-droite de la Ligue inquiète l’Union européenne. Le nouvel exécutif pourrait ne plus respecter les traités européens. Mais c’est surtout l’émergence de ce gouvernement même qui devrait inquiéter. Parce qu’il illustre toutes les limites de l’intégration européenne.