Catalogne : ce que la crise nous apprend sur l’indépendantisme, l’État espagnol et la construction européenne

Carles Puigdemont (à gauche) et Mariano Rajoy (à droite). (Photo Generalitat de Catalunya)
Carles Puigdemont (à gauche) et Mariano Rajoy (à droite). (Photo Generalitat de Catalunya)

Ajouter un commentaire

You must have Javascript enabled to use this form.

Commentaires

L'Allemagne n'est pas mieux loti que les autres pays Européens. Il y a une grande différence entre un Allemand du Nord et un du Sud. Elle ne tient que grâce aux Länder très fédéralisés. J"espère qu'a terme on va vers une Europe des régions, cela diminuera la main mise de certains grand pays et créera des liens entre certains régions avec une histoire commune.
Vous devriez signaler que notre premier ministre Mr Michel est pro Catalan sur l'influence de son chef Le dictateur d'Anvers qui dirige le gouvernement et coulisse, et il faut aussi dénoncer que les catalans extremistes reçoivent des financements de la nva et vlaams belang pourquoi ne le dite vous pas .Car Mr Michel agit de manière que si la catalogne devient indépendante se sera la flandre et les autres régions qui le deviendrons aussi et cela vera des politiciens en plus ,IL Y EN A DEJA DE TROP .
je pense que beaucoup de régions qui sont bien plus aisées que d 'autres ne veuillent plus participer à la solidarité du pays regardez la flandre ,la corse.... quel est le point du vue du PTB sur l indépendance de la catalogne?
Merci pour cet éclairage un peu distant de la crise Espagnole. Mais aussi de pousser en avant le fait que ce sont deux partis de DROITE qui se déchirent. L’Europe des nations à peut être vécu, les région prendront'elle le relais?
Merci, Marc Botenga, pour cette excellente contextualisation de la crise entre les dirigeants espagnols et catalans.
Mr Botenga, Votre article est intéressant mais pourquoi ne parlez-vous pas des partis de gauche ERC et CUP, largement impliqués dans le mouvement indépendantiste ? La CUP, Parti anticapitaliste par excellence, défend un modèle de gestion locale et une approche participative citoyenne. Il est aussi l'un des plus engagé dans l'indépendantisme. A priori, les idées de la CUP semblent assez proches de celles du PTB, mais nulle mention. ERC est aussi très marqué à gauche et participe au gouvernement Puigdemont. A l'occasion d'un prochain article, j'aimerais connaître votre opinion. En vous remerciant.
Cette article n'est pas assez objectif, pourquoi ne prenez vous pas contact avec les partis de gauche indépendantistes catalans ( CUP, ESQUERRA REPUBLICA) ?? Ils pourront beaucoup mieux vous expliquer la situation. Il est difficile de comprendre ce qui se passe ici lorsque vous n'y habitez pas et y venez seulement en vacances. Ce n'est pas Podemos qui vous donnera toute l'ampleur du problème. Il y a aussi la préservation de cultures en jeu, chose que vous ne parvenez parfois pas a comprendre, et pourtant, avec le projet européen, nous virons vers l'américanisation et nous pourrons bientôt avoir un seul drapeau européen frappé d'un hamburger symbole de notre unique culture . Ici le gouvernement n'est pas seulement corrompu, demandez aux catalans quel organisme se charge des élections en Espagne ( avec l'appui du p.p. )et vous serez très SURPRIS !!Maintenant il t a des gens en prison pour leurs opinions, il est temps de réagir,je crois. Cordialement. Eric.
QUESTION Devant l'obstacle majeur et blocages permanents en tous genres qui ne datent pas d'aujourd'hui de l'Etat espagnol + ses composantes dominantes merci d'indiquer ce que vous proposez concrètement aujourd'hui 08.11.2017, hors slogans et sur terrain comme alternative à l'exclusion d'un tout ou rien voir d'une attente indéfinie voir passive ? SINON, restant et définissant comme tel qu'il est bien des variantes y compris dans un Puigdemont comme dans toute société, pousser en avant en permanence le mouvement d'émancipation et l'ouverture politique et sociale du débat et de l'acte permanent comme, non point le seul certes, le référendum du 01.10.2017 en était l'ouverture.ET NON la position de rester au balcon voir débattre du sexe des anges comme c'est le sentiment que me donnent les positions d'un Garzon du PCE et d'une Colau auxquels un Mertens et donc le PTB qu'il préside s'est solidarisé, tous me donnant l'image bien réelle d'emboiter "un pas en avant - in fine" - deux pas en arrière" Avec de tel comportement la démarche du zigzag stalinien qui, historiquement a d'ailleurs coûté très cher à la Catalogne dans le passé, cette démarche n'est pas loin. Merci et bien à vous.
Yuksel Kalaz travaille depuis 25 ans à IVAGO, intercommunale gantoise de déchets. Dans le numéro de Mai dernier, Solidaire l’avait longuement interviewé. Rencontre avec un délégué syndical qui va faire son entrée au conseil communal de Gand.

Le reportage de l'émission Pano de la VRT sur Schild & Vrienden a secoué la Belgique. Dans ce long article, nous tentons d'expliquer l'origine du phénomène Schild & Vrienden, depuis ses liens avec l'alt-right américaine jusqu'aux traditions de la droite nationaliste du mouvement flamand.

Le festival de films « Alimenterre » de l’ong SOS Faim fête ses dix ans. Du 10 au 25 octobre, d’Arlon à Bruxelles, en passant par Liège ou Namur, des documentaires sur « les luttes paysannes, accaparement de terres, élevage et environnement, industrie du lait et de la tomate » sont au programme.

En octobre, Walter Joos (49 ans), collaborateur logistique et délégué syndical à Agfa Gevaert, renforcera la liste du PTB à Duffel : « Les élections, c’est une bataille d’idées, une bataille à mener chaque jour. »

Yves Lambot, secrétaire permanent du syndicat des employés CNE à Charleroi, s’engage depuis des années pour le personnel de Ryanair. Nous l’avons rencontré le 9 août, la veille d’une grève qui allait secouer l’entreprise dans toute l’Europe pour la deuxième fois cet été. Il aurait dû être en vacances… « Mais c’est un combat si important ! »

Le mardi 22 septembre 1998, il y a tout juste 20 ans. Semira Adamu, une jeune fille nigérienne de 20 ans, meurt, étouffée par des gendarmes au moment de son rapatriement forcé.

Ali Guissé a été porte-parole des travailleurs sans-papiers, éducateur, animateur radio, conducteur de bus à la STIB. Et il se présente à Bruxelles sur la liste du PTB. Une constante dans son parcours ? « Là où il n’y a pas de lutte, il n’y a pas de progrès. »

Rosa Terranova travaille comme femme de ménage et est tête de liste à Saint--Nicolas. C’est la première fois que le PTB présente une liste dans cette commune liégeoise. Un véritable défi. Mais la responsable est prête à faire entendre une autre voix au conseil communal. Portrait.

En 2015, la ministre de la Santé publique Maggie De Block concluait un pacte avec l’industrie pharmaceutique. Celui-ci devait permettre au patient l’accès aux thérapies les plus innovantes. Trois ans plus tard, on voit comment la politique de De Block accorde à l’industrie pharmaceutique toute licence pour piller la sécurité sociale.

Beaucoup sont en colère contre la politique des partis traditionnels. Le PP, le Parti Populaire, prétend défendre les intérêts du peuple. Pourtant, en regardant de plus près son programme et les votes au Parlement, on constate : le PP nous trompe sur sa vraie nature. 7 faits qu'il faut absolument savoir sur le PP.