Nouvelles récentes

Musique, chapiteau, pains-saucisses, calicots. Bienvenue à l'atelier TGV de Forest, bloqué pour l'occasion par les travailleurs de BM&S. La grève tournante fait escale dans le Brabant, ce lundi 8 décembre. Et ce dimanche soir déjà. La nuit du 8 décembre, journée d'action syndicale à Bruxelles, les travailleurs de BM&S font la fête. Et la grève.

Ils sont les auteurs d’un best-seller en France, La violence des riches. Nous les avons rencontrés dans le train qui les amène de Bruxelles à Liège. Depuis 30 ans, ce couple de sociologues, aujourd’hui à la retraite, étudie la grande bourgeoisie, les fortunes. Pour eux, le fait que les riches sont de plus en plus riches n’a rien de naturel, c’est la stratégie violente d’une classe, « mobilisée pour la défense de ses intérêts, quitte à mettre en péril les autres classes, voire la planète entière ». Entretien avec Monique Pinçon-Charlot et Michel Pinçon.

Un gouvernement de droite, une crise économique, un plan d’austérité drastique qui touche aux pensions, aux chômeurs, aux services publics, qui épargne les grandes fortunes et les grandes entreprises... Une réponse combative des travailleurs, avec une grève générale qui s’engage. Toute ressemblance avec des événements actuels n’est pas purement fortuite : il y a 54 ans, la « Grève du siècle » ébranlait la Belgique. 

Mensuel du Parti de Travail de Belgique | bd M. Lemonnier 171, 1000 Bruxelles | 44iéme année n° 16 (1962) du 4 décembre 2014

Selon la presse, il existerait un accord entre le MR, l’Open Vld, le CD&V et la N-VA sur l'adoption d'une résolution par la Chambre en faveur de la reconnaissance d'un État palestinien. Ensuite, le gouvernement en prendra acte et l'implémentera. La Belgique deviendrait ainsi le deuxième pays occidental, après la Suède, à reconnaître l’État palestinien. Si, en soi, une telle reconnaissance serait un pas dans le bon sens, la démarche du gouvernement pose question.

Lundi 1er décembre, deuxième journée provinciale de grève en Belgique : Solidaire a fait le tour de la région de la Dendre, dans le sud de la Flandre-Orientale.

Que se passera-t-il si le gouvernement reste sourd à la résistance contre sa politique ? « Il ne l'emportera pas ainsi ! », déclarait Marc Leemans, le président de la CSC. « Les gens aux piquets nous le disent clairement : nous n'acceptons pas cela ! »

Depuis quelques semaines, la ville de Jérusalem est très présente dans les médias. La tuerie de quatre israéliens dans une synagogue et la fermeture par Israël de l'esplanade des Mosquées aux Palestiniens ont reçu une attention majeure des médias. Mais différents épisodes de violence continuent. Certains parlent même d'une nouvelle Intifada. Qu'en est-il ?

Ce lundi 1er décembre, je suis allé à Liège faire le tour des piquets de grève. Partout, des piquets bigarrés, un front commun évident. Partout, des grévistes courageux et soutenus qui ont bravé le froid. Partout, des têtes hautes qui ont montré leur désaccord avec une politique d’austérité, qui ont défendu un emploi décent, un avenir pour les jeunes, des services publics forts, une société solidaire. Partout prêts à continuer le combat ? « Oufti ! Ça oui ! »
Les trains étaient à l'arrêt depuis la veille, les bus des TEC sont restés au dépôt, la plupart des grandes surfaces commerciales sont restées fermées, les piquets de grève étaient devant toutes les administrations locales, provinciales et régionales… Ce lundi 1er décembre, Namur était en grève. Et cela se voyait !

Pages